Commencez pas à me demander ce que je pense des journalistes…

… parce que le portrait que je vais en tirer est loin d’être glorieux.

Suite à l’annonce de jeudi/vendredi d’Amazon Kindle Direct Publishing, on a vu fleurir tout un tas d’articles factuellement erronés, particulièrement dans leurs titres.

Liberation

L’obs/Rue89

Presse-Citron

The Telegraph

Les discussions s’enchaînent sur Facebook, ce qui prouve que le sujet intéresse et inquiète les auteurs. Ceux-ci auront aussi intérêt à lire l’article que j’ai écrit le 15 juin aussi, pour tempérer leur analyse, ainsi que les commentaires.

On nage en plein délire !

Voici un commentaire supplémentaire récupéré sur FB :

En dehors de la boutade (ça profite surtout à Amazon), la manière dont ils vont calculer cela sera à peu près équitable. Disons que nous sommes les deux à lire dans KU. Je lis 50% de ton roman de 300 pages, et 100% du roman de Jacques Vandroux de 400 pages, et 20% de mon livre de 100 pages. Tu lis juste ton roman. Total lu : 870 pages. Tu touches (en tant qu’auteur) 450/870 de la somme globale payée par Amzn, Jacques 400/870 et moi 20/870. Vous deux qui avez écrit des livres plus importants que les miens toucherez plus.

Avec l’ancien système, j’aurais touché 1 crédit, toi 2 et Jacques un seul.

Donc plus équitable qu’en abusant du système, et plus équitable pour les auteurs qui écrivent des “gros livres”.

Toi 52%, Jacques 45% et moi 2% au lieu de 50%, 25%, 25%

Je ne dis pas que c’est parfaitement équitable. Juste que cela évitera les abus et les déséquilibres terribles.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *