Les réponses aux questions sur les ebooks – Jour 5

Cet article fait partie d’une série sur “les 100 questions de l’édition d’ebooks”. Vous pouvez retrouver la liste complète des questions ici

125. Avez vous des ebooks à me conseiller pour aller plus vite ou plus loin ?

Je suis ravi que vous me posiez la question, c’est que le sujet vous intéresse vraiment.

Alors attention, je ne dis pas que vous n’avez plus besoin de me lire si vous lisez ces ebooks. Je ne dis pas non plus qu’il vous faut absolument les lire.

Ce sont de bonnes lectures qui vont vous permettre de mettre un coup d’accélérateur, ou qui vont combler quelques unes de mes lacunes (je l’ai dit, je ne détiens pas la Vérité Universelle).

La plupart des liens vont vers la boutique Amazon et sont des liens d’affiliation : je touche des centimes si vous achetez le livre.

Je commencerai par la série de livres de mon ami Guy Poursin : “Écrivez… et vendez tous vos écrits” (lien affilié Amazon). Guy a une longue expérience du travail d’écriture. Il a été contributeur encyclopédique et a écrit une multitude de livres pour d’autres personnes. Il s’est aussi auto-édité sur Kindle pour d’autres ouvrages que celui-ci.

Ensuite, vous pouvez lire le livre de Jacques Vandroux sur l’auto-édition : “Grimpez vers le TOP 100, pour bien débuter dans l’auto-édition numérique” qui est plein d’astuces et qui relate son expérience personnelle.

Vous avez une série de titre plus spécifiquement sur le marketing de votre ebook, que l’on verra plus tard :

Enfin, juste pour la partie “comment”, je vous rappelle que j’ai écrit un ebook gratuit. Il est disponible sur iBooks et Amazon. Il doit être gratuit sur Amazon, puisqu’il est gratuit sur iBooks.

Comment publier son premier ebook: Les étapes indispensables – Les erreurs à éviter sur Amazon.

Comment publier son premier ebook sur iBooks pour iPhone et iPad.

18. Est ce que tous les livres publiés gagnent de l’argent ?

On pourrait penser qu’il suffit d’écrire un bon livre et de le mettre sur une plateforme, sur Kindle, iBooks ou Kobo pour qu’il se mette à gagner de l’argent, à être productif.

Cela ne suffit pas.

J’ai malheureusement plusieurs exemples de personnes qui ont bien mis un livre sur Kindle, dont le livre est intéressant, mais qui ne le vendent pas.

Alors première chose : si ça vous arrive, ne baissez surtout pas les bras !

Tous les livres ne gagnent pas de l’argent et la cause en est souvent unique : ils sont mal vendus.

Ce n’est pas un critère de qualité. C’est un critère de vente et de marketing.

Oui, c’est important de le dire : un livre est un produit. Ce n’est pas qu’un produit, c’est souvent plus, mais quand cet eb-book arrive sur les étalages d’Amazon ou d’iBooks , il devient un produit et il FAUT le vendre.

Or la plupart des gens qui ne vendent pas leur livre se sont limités à se mettre dans la position de l’auteur. Ca ne suffit pas.

D’ailleurs, regardez les auteurs qui vendent des livres : ils sont aussi capables de faire le représentant, allant aux entretiens, aux colloques, en librairie. Supportant de se retrouver sur un petit bureau avec une ou mille personnes qui font la queue pour arracher une signature au Salon du Livre ou ailleurs.

Si vous ne faites rien pour vendre votre livre, il ne se vendra jamais. Soyez en sûr ! C’est très facile d’échouer.

Dites vous qu’il y a peu d’élus. Mais ce sont ceux qui essaient de réussir. Il n’y a pas et il n’y aura jamais de baguette magique.

Il y a un excellent article sur actualitte qui se rapporte à cette distribution des revenus parmi les auteurs auto-édités : 20% de ceux-ci font 80% des ventes. Cela signifie que 80 % des auteurs ne gagnent pas grand chose.

Est-ce différent de l’édition traditionnelle ? Non. Ce n’est pas en passant par le numérique que les auteurs trouvent tout à coup un système automatique pour vendre leurs livres.

Une remarque d’un commentateur de l’article tiré ci-dessus reste entièrement valable : La moitié des auteurs gagnent moins de 500$ . C’est toujours plus que ce qu’ils auraient gagné à attendre d’être publiés à compte d’éditeur.

En conclusion, rappelez-vous que l’écriture est sans doute la partie la plus importante pour créer un livre, mais que la vente et le marketing sont les seuls choses qui vont le vendre.

126. Quel est le meilleur moyen d’avoir beaucoup de lecteurs ?

Il y a deux moyens essentiels, mais je ne vais insister que sur l’un d’eux, et citer le premier en passant.

Le premier est d’avoir une très bonne commercialisation de votre ebook. De bons commentaires, une couverture excellent, un titre hors pair, et évidemment un ebook de qualité.

C’était en passant : l’objectif de ces articles est aussi de vous donner les astuces et les pistes pour faire cela.

Maintenant le deuxième moyen, celui pour lequel j’ai écrit cette question, est aussi simple, et ressemble à nouveau à une porte ouverte : écrivez de bons livres. Le s du pluriel est essentiel.

Plus vous écrivez plus vous avez de chance de trouver des lecteurs. Et de les conserver d’un livre à l’autre. Alors attention, le mot chance n’a rien à voir avec le hasard. Ce n’est pas un hasard. C’est pace que vous le voulez que vous atteindrez cet ojectif.

Rappelez-vous que chaque livre est comme une mini entreprise, mais aussi que chacune de ces mini-entreprises doit avancer de concert.

Il y a un conseil qui va de pair avec cet aspect : faites en sorte que chacun de vos livres parle des autres. Soit, dans le cas d’un livre pratique, dans le corps du texte, soit, pour des romans, à la fin du roman.

Vous pouvez même mettre des liens vers votre page auteur, vers votre site ou blog, et les liens vers les autres livres dans la même boutique sont tolérés. Alors faites-le. Ce qui n’est pas acceptable, c’est de transformer votre livre en vitrine publicitaire, même si certains le font.

En poussant le jeu à l’extrême, pensez collection ou série.

Avez vous déjà lu et apprécié un Arsène Lupin, ou Le Baron, ou James Bond, ou Jack Reacher ? Et lu un autre, et un autre, et un autre ? En ce moment je suis en train de lire le numéro 17 de Jack Reacher. J’en ai acheté 16 avant.

“Cinquante nuances de Grey” s’est vendu à 492 000 exemplaires en 2013. Juste avant, il y a… son tome 2 “Cinquante nuances plus sombres” qui l’a battu de 60 000 exemplaires.

En conclusion, écrivez, publiez, faites la promotion… et recommencez. Quand vous aurez 17 tomes de votre étude de la société, vous pourrez la nommer “La Comédie Humaine”, et vous comparer à Balzac 😉

2 réflexions au sujet de « Les réponses aux questions sur les ebooks – Jour 5 »

  1. Bonjour Cyril 🙂

    Je viens de me procurer les 4 ebooks que vous proposez ici depuis vos liens d’affiliation 🙂 (en dehors de celui de Jacques Vaudroux que j’avais déjà acheté, cet été, au départ de ma formation KBS, et que je recommande déjà chaudement !)

    A lire les extraits, je suis déjà tombée sous le charme de certains, à creuser… je pense réellement que ces outils supplémentaires vont m’aider à me perfectionner et venir compléter ma formation KBS menée par votre père, que je suis toujours ardemment et passionnément ! En passant, j’en profite pour vous transmettre UN GRAND BRAVO pour ce séminaire KBS en 14 modules qui m’apporte énormément et de module en module (j’en suis au 5e), j’apprends et me perfectionne vraiment ! MERCI donc :)) Et un grand merci chaleureux et ultra positif à votre père où qu’il peut être dans l’autre monde…

    Amicalement,
    Josephyne 🙂

    1. Josephyne, c’est à moi de vous remercier. C’est toujours plus satisfaisant de voir des élèves ravies de la formation, et je suis sûr que mon père vous aurait félicitée aussi. Il vous félicitera d’autant plus quand vous publierez et que vous mènerez vos livres auprès des lecteurs. Dites vous bien que c’est une course de fond : vous êtes là pour durer.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *