Pourquoi utiliser une précommande pour votre prochain lancement ?

Attention ! Ne lisez pas cet article sans consulter l’article plus récent sur les pré-commandes des différentes plateformes ici. Je le laisse pour la postérité, mais il contient quelques approximations.


La semaine dernière, j’ai reçu un email qui est une bonne nouvelle. Cet email d’Alice Quinn me prévenait de la prochaine sortie du deuxième roman avec Rosie Maldonne. C’était doublement une bonne nouvelle : non seulement ce nouveau roman va sortir, mais en plus Alice utilise la fonction précommande, et ce roman est prévu pour le 6 novembre.

précommande Rosie
Non, c’est bon je l’ai déjà précommandé, pas la peine de me le renvoyer !

La précommande est une fonction qu’Amazon n’avait pas jusqu’en 2014. Elle est apparue en toute discrétion en août-septembre 2014 sur KDP. Bien entendu cette fonction était déjà disponible pour les éditeurs qui ont un contrat classique de distribution. J’ai malheureusement vu peu de personnes l’utiliser à titre d’indépendant depuis. Il y avait bien Chris Simon avec sa première saison de Brooklyn Paradis, mais c’était de son côté “traditionnel” d’auteur hybride avec les éditions La Bourdonnaye.

C’est aussi une fonction que je n’ai pas bien utilisée pour ma part. J’ai la ferme intention de corriger cette erreur et de l’utiliser pour les prochains ebooks que je publie, avec d’autres changements aussi. Les dernières fois que je l’ai fait, j’étais trop pressé pour véritablement en bénéficier, en faisant des campagnes de quelques jours seulement.

Cette fonction est aussi disponible chez iBooks, chez Kobo et chez Smashwords. Amazon est donc le dernier à ajouter cette fonction dans la besace de plombier du marketing des auteurs indépendants.

Comment ça marche ? Vous choisissez une date de lancement et votre livre peut être précommandé avant cette date de lancement. Vous pouvez d’ailleurs en profiter pour mettre un prix spécial pendant la période de pré-commande afin de motiver plus les futurs lecteurs.

Côté tuyauterie, vous devez sur KDP fournir déjà une première épreuve de votre livre. La couverture par contre a intérêt à être la bonne, déjà bien travaillée et finalisée. Au minimum 10 jours avant la date de lancement, vous devrez télécharger dans KDP votre version finale. Sinon, vous serez mal vu par Amazon, par vos lecteurs et vous n’aurez évidemment plus accès à cette fonction. Et Amazon vous interdira de refaire une précommande pendant un an.

A noter qu’il n’est pas possible d’effacer un livre que vous avez créé avec une pré-commande ni de le retirer de la vente.

Sur iBooks, vous pouvez carrément mettre un livre en pré-commande sans couverture, sans première version, avec uniquement les métadonnées.

Sur Kobo, c’est assez proche d’Amazon : il vous faudra l’intégralité du contenu et de la couverture pour créer un livre et le mettre en pré-commande.

Sur Smashwords, comme vous pouvez ensuite publier sur iBooks et Kobo, on a toujours le même besoin de couverture, d’un contenu, de métadonnées et en plus d’un compte de mots.

Hier, j’étais encore en train de réfléchir à tout ce que je sais sur l’autoédition, sur les risques que je vois pour les auteurs qui démarrent. Et sur le risque relatif que représente KDP Select. Et je me suis rendu compte que j’oubliais systématiquement de parler de Smashwords. Or Smashwords est un outil qui vous permet d’aller plus vite plus loin. Je veillerai donc à vous distiller un peu plus de sagesse Smashwords petit à petit pour que vous y pensiez et que vous fassiez les bons choix pour vous en connaissance de cause.

Ne vous amusez pas à changer le prix au fur et à mesure de l’avancement : Amazon prendra le prix le plus bas comme prix à appliquer aux acheteurs le jour du lancement.

Quel est l’impact des pré-commandes sur les ventes ?

Les pré-commandes ont un impact sur la visibilité. Vous avez accès à une catégorie particulière : la catégorie “en précommande”. Vous avez donc accès à un premier outil pour avoir plus de ventes, avant même que votre livre soit en vente.

Ces précommandes ont un impact différent sur les ventes, le classement suivant la boutique. La situation “idéale” est ce qui se passe chez iBooks ou Kobo : le jour du lancement et le lendemain, toutes les pré-commandes deviennent des ventes et sont enregistrées comme telles.

Cela peut faire un énorme boost en termes de vente. Vous faire accéder au magique top des ventes directement. Avec quelques dizaines de ventes quotidiennes, on accède déjà au top Kindle. Comme les deux autres boutiques sont plus petites en volume, il est plus facile d’atteindre le volume de ventes nécessaire.

Sur KDP, c’est différent : les pré-commandes sont comptabilisées au fur et à mesure. Pas de gros boost le jour du lancement. Vous pouvez par contre déjà voir vos pré-commandes jour après jour, comme chez les autres. L’impact direct est que vous allez diluer ainsi l’effet de vos efforts au moment même du lancement, quand vous écrivez à votre mailing-list, etc. Est-ce grave ? Je pourrais être partagé sur cette question, mais on verra plus loin que cet inconvénient sera mitigé par les avantages.

L’impact le plus important de ces précommandes est moins dans les ventes que dans le marketing et dans l’état d’esprit. Oui, c’est un truc pour les ventes, une astuce. Mais cela va aussi plus loin, et les répercussions peuvent être plus importantes que “quelques ventes de plus” ou “un peu plus de visibilité”.

En annonçant la date de sortie, vous prenez un engagement. Un engagement vis à vis de vous-même, de votre public, de votre carrière. Et cet engagement est important. Vous dites : “je ne suis pas là pour rigoler”, même si vous rigolez et que vous vous amusez. Vous prenez un engagement par rapport à la sortie de votre tome suivant si vous écrivez une série feuilletonnante . Vous prenez un engagement vis à vis de vos personnages et de votre audience si vous écrivez une série non feuilletonnante.

Et si vous créez une date de lancement, c’est que vous avez un planning. Et dans planning, il y a “plan”. Vous savez (même si vous ne savez pas vraiment comment) ce que vous voulez faire.

Et les gens sont excités par les pré-commandes. Regardez Star Wars, les bande-annonces pour le cinéma. Le grand public va plus facilement s’enthousiasmer pour une sortie au cinéma, mais les lecteurs avides pourront s’enthousiasmer par une sortie de livre, même si le lancement ne se fait pas dans une salle de congrès comme pour le dernier tome d’Harry Potter. Je suis excité par la sortie du livre d’Alice, personnellement.

En annonçant votre prochain livre vous créez de l’attente chez vos lecteurs. Vous créez une véritable attente de la suite chez les lecteurs de vos séries.

Vous vous adressez à vos fans. Vous construisez et vous vous engagez dans la relation. Et c’est la seule manière de faire en sorte que vos lecteurs s’engagent aussi : que vous vous engagiez par rapport à eux.

La deuxième meilleure chose après la visibilité dans le classement, c’est la visibilité dans les recommandations du type “Les personnes ont aussi aimé”. Et à égalité, il y a aussi les commentaires.

Et avec les pré-commandes, vous mettez de bonnes cartes de votre côté. Déjà, du côté moteur de recommandation, vous êtes directement enregistré et les algorithmes d’Amazon peuvent mettre votre livre en avant, plutôt qu’un de leurs choix par défaut. Pour ce qui est des commentaires, si vous avez eu des béta-lecteurs, ils pourront mettre un commentaire dès le premier jour. Quant aux autres, ils sont interessés par votre livre donc ils vont le lire. Et pourront mettre un commentaire.

Je profite de cette question des pré-commandes et de ce parcours des différentes plateformes pour en remettre une couche sur la nécessité pour un auteur, à long terme, d’être sur toutes les plateformes. Et les précommandes peuvent vous aider à creuser votre trou sur ces plateformes, où votre investissement doit être plus long et plus constant.

Que faire pendant cette période de pré-commande ?

Dérouler une campagne de marketing où vous allez parler du livre sans parler du livre. Publier des extraits, des photos, des quiz. Faites des cadeaux comme le fait Alice (une nouvelle offerte), recadrez et faites du story telling autour du roman sur les sources d’inspiration comme l’ont fait Jacques Vandroux sur Projet Anastasis ou Chris Simon sur Brooklyn Paradis. Bon vous êtes auteur, donc créatif, à vous de vous lâcher ! Dites vous que cette phase de pré-commande est comme la phase de lancement, mais commence plus tôt (et ne rallonge pas le lancement).

Cela vous aide aussi à créer de l’élan. De l’élan pour vous et aussi pour vos lecteurs. Un élan qui doit avoir comme point d’orgue la sortie de votre ebook.

Quand utiliser la précommande ?

Si vous en êtes à votre premier livre publié en autoédition, et que vous avez peu de “plateforme”, de caisse de résonance au travers d’un blog, d’une mailing-list, faire une opération de précommande sera peu utile. Il faut avoir des gens à qui en parler. Si par contre vous êtes en train de publier une suite attendue c’est le contraire : exploitez-la à fond.

Le cas d’Alice est particulièrement à-propos. Un accident dramatique suivi de plusieurs mois de thérapie l’ont empêchée de suivre son élan. Son contrat d’édition a peut-être aussi eu un impact, l’aventure américaine aussi. Bref, rien de publié depuis février 2013. Plus de 2 ans. Deux ans et demi, c’est long, même si elle publie régulièrement sur son blog et qu’elle a entretemps publié un autre “petit” roman, mais avec des personnages différents.

Si vous écrivez une série, je l’ai déjà dit, vous pouvez déjà parler de la suite, jusqu’à 90 jours avant la sortie (pourquoi 90 jours alors que les éditeurs classiques ont jusqu’à un an, Amazon ?), et donc faire une précommande d’un tome ou d’un épisode pas encore sorti. Bon, vous ne toucherez de l’argent que le jour du lancement.

Je crois que j’ai un peu fait le tour de la question. Mais je sais que vos commentaires ou vos questions me remettront à ma place. Comme à chaque fois que j’écris un billet sur ce blog ou que je publie un podcast, je compte sur vous pour envisager la question et agir pour profiter de cet outil supplémentaire et ainsi développer votre groupe de lecteurs et établir un lien fort avec eux.

11 réflexions au sujet de « Pourquoi utiliser une précommande pour votre prochain lancement ? »

  1. J’avais aussi essayé la précommande pour la série Lacan et la boîte de mouchoirs Saison 2 en 2014 : http://chrisimon.com/service-precommande-damazon-kindle/ . Cela avait dilué l’impact du jour de sortie et m’obligeait à mettre le livre à 0,99Eur jusqu’au jour J. puisque je le promettais à ma liste d’abonnés. Pas convaincue pour une série qui sort mensuellement, mais entièrement d’accord avec Jacques Vandroux. La précommande peut être utiliser comme un outil de plus à sa propre stratégie marketing.

  2. Salut les auto-édités,
    Bravo Cyril pour cet article clair.
    Les articles des Vandroux et de Chris Simon le complètent parfaitement. Ils sont donc à lire tous les 3.
    J’ai appris plein de choses sur la pré-commande alors que je l’ai moi-même lancée déjà!
    Pourquoi?
    Il me semble que l’expérience doit être tentée, pour voir.
    Oui, c’est une expérience, et j’avoue que je me demande aussi ce que ça va donner pour Rosie.
    Je m’y prendre peu-être trop tôt?
    Quoi qu’il en soit, j’ai peu de personnes qui reçoivent ma NL, n’ayant jamais fait correctement le travail de emailing liste, (n’est-ce pas Cyril?),
    donc je ne sais pas si cette action est si visible que ça.
    Par contre, c’est excitant pour moi, c’est sûr. Je commence à m’amuser dès avant la sortie du livre.
    Et c’est amusant aussi de penser à distiller quelques articles qui parlent du roman.
    Quoi de plus jouissif que de parler de son roman comme si ça intéressait de nombreux lecteurs?
    Bref, je vous dirai en temps et heure ce qui se passera au moment de l’approche de la date fatidique…
    Je verrai bien.
    Et j’essaie d’avancer le Rosie 3 afin d’avoir moins de délai que la première fois sur la sortie du 3…
    Bon, donc tout ça continue à être extrêmement passionnant…
    Et j’aime bien tester desnouvelles façons…
    à bientôt.

    1. Continue à écrire Alice, c’est la meilleure chose à faire. Mais…

      Tu es déjà 753e dans le top Kindle
      21e du genre Ebooks Kindle > Littérature > Littérature humoristique
      135e du genre Ebooks Kindle > Policier et Suspense

      Et il me semble par ailleurs que KDP/Rapports doit pouvoir te fournir une indication.
      Il faudra que tu concentres tes efforts sur les dernières semaines d’Octobre.

      1. Hello,
        non sur le KDP report, “Rosie se fait la belle “n’apparaît même pas. 🙁
        C’est donc seulement le classement qui donne le ton.
        Je vais continuer à parler du roman pour m’amuser sur mon blog,
        et comme tu dis je ferai un petit baroud d’honneur auprès des amis, 2 ou 3 jours avant.
        Mais ce qui compte, ce n’est pas tant un démarrage fulgurant que une entrée tranquille dans le top 100 durant tout le temps du premier mois et si possible que mes premiers lecteurs du 1 retrouvent l’esprit de Rosie dans le 2 et que le bouche à oreille se fasse.
        je ne saurai qu’à ce moment là si mon pari d’écriture est atteint.
        Rien n’est jamais gagné d’avance…
        Wait & see. 🙂

        1. Hm hum.
          KDP/Rapports / Rapport sur les précommandes
          Affiche le nombre de précommandes des livres pour lesquels vous avez choisi ce mode de publication (mises à jour régulières à mesure que des précommandes sont enregistrées). Après la sortie du livre, ces exemplaires apparaîtront dans votre tableau de bord des ventes.

          Ca marche pas ?

          Et non, rien n’est gagné d’avance. Rosie 3 et Rosie 4 sont là pour être sûre de gagner, même à la fin.

  3. Merci Cyril ! tu me fais gagner une temps fou dans mes
    recherches. J’avais une notion très imprécise de cette
    possibilité de précommande… et pourtant je m’ interresse depuis longtemps et je suis me suis toujours dit que je ferais cela.

    Je l’ai fait en publication classique par le
    biais d’un mailing . Enfin c’était plus exactement une
    souscription; ce qui est un peu différent, mais
    proche.

    Sur Amazon Je l’ai observé de la part de grand
    éditeur l’année dernière mais je n’avais pas trouvé
    “la porte d’entrée.”

    Il va être très intéressant à titre de cas concret,
    de suivre de près l’expérience qu’a lancé Alice.
    D’autant que ce sur quoi on porte son attention,
    augmente automatiquement l’effet perçus et par
    synergie, l’effet réel.

    Cet article est donc un beau coup d’envoi pour la
    précommande…Et ceux qui l’utilisent. Je teins le
    pari que cet article vas être à très utile à bien des
    auteurs et des éditeurs. Bravo.

    Je te souhaite une excellente journée. Xavier.

    PS As tu lu cet article de Jacques Vandroux sur
    Smashwords?
    http://jacquesvandroux.blogspot.fr/2013/03/auto-edition

    As tu l’intention de faire un article complet sur ce
    sujet ( Les chose évoluent vite dans ce domaine …)?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *