Publiez vous-même vos livres – Jour 8

Pendant ce week end du 11 novembre, je lève un peu le pied sur les réponses à vos questions, désolé, mais c’est pour mieux repartir après. Promis !

Je ne publierai donc qu’une seule, ou que deux réponses par jour…

9. Est-ce que c’est long ?

Ça dépend de quoi on parle. Il y a des parties de la création et de la publication d’un ebook qui sont longues, d’autres qui le sont moins.

Bien évidemment, le plus long c’est l’écriture. Cela peut prendre plusieurs jours, plusieurs semaines, plusieurs mois en général, plusieurs années pourquoi pas.

Cela peut vous poser un problème. Déjà un problème de régularité et d’astreinte à l’écriture.

Il y a plusieurs solutions à ce problème. La méthode 750, le fait d’écrire régulièrement chaque jour, comme une séance de méditation. C’est ce que je conseille le plus.

Il y a aussi par exemple des moments où l’on peut écrire plus. Par exemple en novembre, il y a aussi NaNoWriMo aux Etats Unis. C’est le mois national d’écriture, dont l’objectif est d’écrire un texte de 50 000 mots ou 200 pages en un mois.

Un mois c’est à la fois long et court. Tenir ce rythme peut être difficile, mais la récompense est là : un premier jet de 200 pages.

11. Est-ce qu’il faut choisir entre l’édition traditionnelle et les ebooks ?

Beaucoup pensent que c’est exclusif. Soit vous êtes dans l’édition numérique, soit vous êtes dans l’édition traditionnelle. Rien n’est plus faux. Il y a de nombreuses raisons de faire les deux, avec des partenaires similaires ou différents, voire en auto-édition pour l’un ou l’autre.

Par exemple François Bott, ancien rédacteur en chef du Monde de la Littérature, qui est édité par plusieurs éditeurs et qui travaille avec Rumeurs & Cie pour éditer des livres qui ne sont plus disponibles car les droits ont été abandonnés par les éditeurs traditionnels.

Par exemple Hélène Muzet des éditions L@ Liseuse a repris un recueil de nouvelles dont l’auteur avait obtenu des prix littéraires et l’a édité sur Kindle. Il se trouve qu’au même moment, le même titre sortait aussi en version papier en Suisse avec un nouvel éditeur. La couverture était différente entre les deux ouvrages, mais l’auteur, le titre et le contenu étaient le même dans tous les formats.

Par exemple J.K. Rowling…

Saviez vous que J.K. Rowling, l’auteur d’Harry Potter, était auto-éditrice ? Relisez ce que je viens de vous dire : un des plus gros succès de librairie des 20 dernières années, une femme presque aussi riche que la Reine d’Angleterre, auto-éditrice ?

Bon, elle est très atypique : elle a commencé comme auteur publiée dans le secteur traditionnel avant de voler de ses propres ailes. Et elle est auto éditrice avec de gros moyens 😉 Mais sa maison de distribution pottermore lui permet de vendre elle même et en direct tous les livres de la série Harry Potter, à des tarifs raisonnables et pour toutes les liseuses.

Un petit article en anglais sur Wired pour en savoir plus sur la démarche.

La page copyright d'Harry Potter chez Pottermore

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *