“Service Presse” : rendre plus facile la lecture et le commentaire sur vos livres

En annexe de l’entretien et du podcast, j’ai discuté avec Alice Quinn du développement du service presse en ligne NetGalley en France.

J’avais découvert justement ce service grâce à elle lors de la sortie de l’un de ses précédents romans aux États-Unis, car Amazon Crossing avait utilisé les services de NetGalley pour diffuser ce roman auprès de “lecteurs professionnels”.

Ils sont présents en France depuis bientôt un an. J’ai essayé de les rencontrer lors du Salon du Livre à Paris de mars 2016, où ils avaient un tout petit bout de stand.

Ce prestataire de services pour les éditeurs les met en relation avec des journalistes, rédacteurs, lecteurs de bibliothèques etc. Comme ils le disent eux-mêmes :

Les éditeurs qui déposent leurs épreuves avancées et services de presse sur NetGalley cherchent à diffuser leur titre le plus en amont possible auprès d’une communauté de lecteurs professionnels et influents, qui prescrivent et recommandent : libraires, journalistes, bibliothécaires, blogueurs, professeurs, documentalistes, etc.

Peut-on repérer les commentateurs Net Galley sur Amazon ?

C’est parfois possible, notamment quand le commentateur le signale haut et clair :

merci à Amazon pour ce service presse (via NetGalley)

… peut-on ainsi lire dans les commentaires de Surprise au bout du fil.

Peut-on, en tant qu’auteur autoédité, avoir accès à leurs services ?

Malheureusement, à ce jour, non. Ils proposent des choses pour les autoédités sur le marché anglo-saxon, mais pas encore en France, où ils fonctionnent uniquement avec un abonnement.

Pourquoi je vous en parle alors ?

C’est à surveiller, pour voir si les lecteurs de ce service sont des lecteurs qui ajoutent de bons commentaires, et si cela peut avoir un impact pour vous.

Cela signifie parfois avoir le livre prêt plusieurs mois avant le lancement pour permettre la lecture par les lecteurs.

Ils ont plusieurs éditeurs comme clients, dont Amazon Publishing : on n’est donc pas prêts de voir les commentaires liés à du service presse disparaître.

Enfin, s’ils ne se rendent pas compte qu’un tel service peut intéresser les autoédités, ils n’étendront pas leur service. Il faut donc profiter des occasions où vous pouvez les rencontrer, communiquer avec eux pour leur dire que vous pourriez être intéressés.

Être autoédité, cela ne veut pas toujours dire tout faire soi-même. Au contraire, on peut se professionnaliser en déléguant certains aspects du travail à des prestataires.

En tant que lecteur, si vous avez la bonne ligne éditoriale et un blog ou un autre canal de communication qui rassemble assez de lecteurs, mettez en avant votre adéquation avec les titres d’un auteur, et lisez la charte de l’éditeur pour savoir si vous êtes dans les clous pour recevoir un exemplaire gratuit.