Archives par mot-clé : autoédition

Rapport author Earnings d’Octobre : ce qu’en dit le kommentariat ;-)

J'ai encore lu avec plaisir le rapport d'Author Earnings d'Octobre 2016. Parce que c'est une mine de renseignements sur ce qui se passe sur le marché Kindle aux États-Unis.

Alors, vous allez me dire : c'est les USA, et c'est seulement Kindle.

Oui ! c'est une des limites de l'exercice, mais c'est aussi le seul marché qui peut être analysé et où de telles corrélations peuvent être faites. Et son évolution lève le voile sur des pratiques qui touchent tous les marchés de l'édition et nous sensibilisent à ce qui pourrait se passer dans notre irréductible village de Gaulois (à moins que ce soit un village de Parisis, ou de Goths, voire de Bretons…)

La stratégie de prix appliquée par les éditeurs traditionnels est encore une fois remise en cause. Elle a un impact sur leurs ventes. Mais ce qui est plus important pour moi, c'est quelle a un impact sur la visibilité des auteurs.

Or sur ce site, je m'adresse principalement à des auteurs néophytes ou peu connus. Exactement le type d'auteurs que la stratégie des éditeurs traditionnels, en France comme ailleurs, met en danger d'obscurité.

Anecdotiquement, je pense à cette auteure qui a sorti son premier livre en 2015 sur Kindle, puis a été éditée chez un éditeur traditionnel en lui confiant ses droits numériques. Aujourd'hui, le succès de son livre au format numérique est un souvenir des temps anciens. En cause, la politique de prix de l'éditeur.

Le rapport met surtout l'accent sur un changement étonnant : la baisse de la part des ventes d'auteurs indépendants.

Personnellement, je me range à leur opinion (car on est dans l'opinion, plus dans le fait statistique) que cette baisse est la conséquence de deux évolutions : la baisse des discounts sur les livres papier par Amazon et des changements algorithmiques.

Ce qui prouve que les auteurs indés sont à la merci de changement chez Amazon…

Aux États-Unis, il n'y a pas de loi sur le prix unique du livre, donc Amazon peut acheter un livre à un éditeur disons 10,49 USD (prix distributeur) et le vendre à 10,99 au lieu du prix public de 14,99 USD. C'est d'ailleurs ce qu'ils font généralement, dans des proportions moins impressionnantes.

La suite de ce très long rapport arrivera dans les jours qui viennent si j'y arrive. Vous pouvez bien sûr le lire en version originale aussi.

Rapport Author Earnings d’Octobre 2016 : y a-t-il un changement des tendances ?

Le rapport Author Earnings d’Octobre 2016 a été publié la semaine dernière. Comme il est en Creative Commons Attribution-NonCommercial-ShareAlike 4.0 International License, voici une première partie de la traduction. Vous retrouverez mes commentaires dans un autre article.

Deux ans et demi. 10 rapport trimestriel des revenus auteurs. À chacun de ses rapports, nous avons appris des choses nouvelles et inattendues à propos de notre industrie dont les changements sont rapides.

Mais cette surprise d’octobre, nous ne l’avions pas vu venir…

Après deux ans et demi de croissance trimestre après trimestre, la part de marché des indépendants se réduit significativement

– La part de marché des indépendants redescend à son niveau de début 2015.

– Les éditeurs traditionnels regagnent un petit peu de terrain dans les e-books.

– Les maison d’édition d’Amazon gagnent beaucoup de parts de marché.

Continuer la lecture

Episode 41 : Romance, bundles et publicités avec Olivia Rigal

Cette semaine, je laisse tomber les masques et je parle Romance avec Olivia Rigal… euh non, la Romance n’est pas mon genre favori (même si j’en ai lu quelques unes). Pour un mec, ça peut faire bizarre, et vous entendrez peut être d’autres parler de « romans de bonne femmes »,  mais j’ai énormément de respect pour les auteurs et les lectrices de romance. Et évidemment, cela me fascine…

51myumdwfal

Et je ne parle pas des pectoraux de ce jeune bellâtre… Continuer la lecture

Podcast autoédition : un retour pas comme les autres

Eh oui, le podcast reprend et pour cette troisième saison, on commence avec Sonia Dagotor. J’ai rencontré en chair et en os Sonia lors du salon du livre Livre Paris en mars 2016, mais cela faisait un certain temps que nous échangions des infos ou des conseils ou des anecdotes dans plusieurs groupes d’auteurs qui font de l’autoédition, sur Facebook.

La sortie de sa deuxième aventure, avec Un vœu pas comme les autres, a été l’occasion pour elle de confirmer encore une fois que les auteurs qui s’accrochent à l’autoédition et creusent leur sillon ont tout à y gagner.

un vœu pas comme les autres - Sonia Dagotor Continuer la lecture

Enquête autoédition : l’autoédition est-elle soluble dans la lecture ?

Voici le dernier article qui parle de l’enquête autoédition menée en août 2016 auprès de 204 auteurs autoédités.

Vous pouvez retrouver les autres articles ici :

Cette fois-ci, on fait tourner les tables, et on met les juges sur le banc des accusés. Comment les auteurs vivent-ils la lecture, et surtout la lecture numérique ? Continuer la lecture

Enquête autoédition : Professionnalisation et promotion

Commençons par le plus important : j’ai craqué. Je n’ai pas réussi à trouver un titre d’article proche du titre d’une chanson d’un Patrick… Ça c’est pour l’anecdote.

En même temps, promotion et professionnalisation… C’était pas facile. Et ce n’est pas facile non plus pour les autoédités.

Dans ce 5ème article sur l’enquête menée en août 2016 auprès d’autoédités, j’aborde donc ces deux questions pour qu’ils donnent leurs impressions, qu’ils disent ce qui est le plus important et fonctionne pour eux. Cela complète les interviews menées avec des autoédités individuels qui cherchent eux-mêmes en permanence ce qui fonctionne le mieux pour eux. Continuer la lecture

Enquête autoédition : Born to be on paper

C’est déjà le 4ème article sur les résultats de l’enquête sur l’autoédition et les éditeurs indépendants de 2016. Le temps s’envole quand on s’amuse ! Dans ce celui-ci, on va faire un détour par le papier, les rapports des autoédités à l’édition traditionnelle et à l’exclusivité. Oui, je vais un peu dans tous les sens…

Mais revenons au papier. Celui-ci reste important 😉 C’est peu de le dire, puisque la lecture numérique ne représente toujours que 7% de la lecture en France en nombre de titres vendus. Alors ne me demandez pas si ce chiffre est précis : beaucoup de personnes ne publient pas leurs chiffres de ventes et les chiffres du SNE sont ceux des éditeurs… Est-ce que que cela couvre vraiment toutes les saveurs de l’édition numérique ?

Vanité, quand tu nous tiens…
Vanité, quand tu nous tiens…

On voit encore des articles de personnes qui demandent s’il faut lire en numérique. Si cela va continuer… Certains types de lecteurs ont fait le choix d’une lecture principalement numérique, comme on le verra plus tard.

Reste que faire un livre papier… Ne serait-ce que pour le mettre dans sa bibliothèque… Continuer la lecture

Enquête autoédition 2016 : où sont les autoédités ?

Troisième article sur les résultats de l’enquête sur l’autoédition et les autoédités rélaisée auprès de 204 personnes en août 2016.

Aujourd’hui, nous allons aborder les endroits où les autoédités concentrent leur activité. Quelles boutiques, quels sites, quels distributeurs…

kdp ibooks kobo iggybook bookelis smashwords Continuer la lecture

Grimpez vers le top 100, encore ! Le parcours Amazon des Vandroux

Si vous êtes vraiment intéressé(e) par l’autoédition, il y a un livre que vous devez avoir lu. Ce livre, je ne l’ai pas écrit, je ne l’ai pas édité. Mais cela ne m’empêche pas de penser qu’il est très instructif, sérieux, complet. Il est dans les ressources de ce site depuis fort longtemps d’ailleurs…

Jacques-Line Vandroux a fait une mise à jour de son livre majeur Grimpez vers le TOP 100, Publiez sur Amazon ou ailleurs, pour bien débuter dans l’auto-édition numériqueUn livre que je recommande depuis longtemps et sur lequel elle a passé beaucoup de temps à faire une mise à jour pour ajouter son expérience supplémentaire.

d7f503d2b5e44f12ac4a3ce82dc1b6be

  Et Jacques-Line, en tant qu’agent éditorial de Jacques Vandroux, a beaucoup d’expérience :

  • plusieurs livres best sellers sur Kindle,
  • des éditions à l’étranger
  • une version livre audio d’un roman
  • des publications sur les autres boutiques (Kobo, iBooks, Google Play)
  • des dizaines de milliers d’exemplaires vendus.

Si vous l’avez déjà acheté, vous pouvez faire la mise à jour (comment, je ne sais pas, c’est un peu compliqué).

Si vous ne l’avez jamais lu, aujourd’hui est le meilleur jour pour le faire. C’est une mine d’informations qui a servi à de nombreux auteurs pour s’autoéditer eux aussi et atteindre leurs objectifs.

http://amzn.to/29pAD5z

De mon côté, je finis d’écrire un autre livre sur l’autoédition, et j’aide ma femme à lancer sa boutique d’édition de patrons de couture en anglais, donc pas de podcast, et moins d’articles. Mais ne croyez pas que je vous oublie 😉 Il se pourrait même que je me lâche enfin !

Podcast 39 : David, dessine-moi une couverture …

L’autédition ne date pas du Kindle et n’est pas née avec KDP. Même si celui-ci a une grande importance, on peut parfois oublier qu’il y avait d’autres formes de livres numériques avant, et d’autres boutiques (aujourd’hui encore).

Dans ce podcast autoédition, je reçois David Forrest qui avait par exemple commencé à s’autoéditer en numérique et avait déjà eu un beau succès avant.

David a continué à écrire et à publier, tant en autoédition qu’en passant par d’autres circuits, notamment avec Bragelonne. Il est donc maintenant auteur hybride. Continuer la lecture