Archives par mot-clé : marketing

Comment offrir une version gratuite de son ebook avec un code promo iBooks

Un avantage de la boutique de livres numériques pour les autoédités est qu’elle permet d’offrir très simplement des versions gratuites de vos livres autoédités sur celle-ci avec un code promo. Ou pas ?

Oui, vous pouvez offrir jusqu’à 250 exemplaires de votre livre en donnant des codes promotionnels.

Non, car la plupart des gens ne savent pas comment les offrir, et parce que les lecteurs ne savent pas les utiliser.

En un seul article, je réponds à ces deux problèmes. Waouh ! 😉 Continuer la lecture

Les précommandes sur Amazon Kindle, iBooks et Kobo

Une auteure/autrice que je connais posait la question hier dans un groupe Facebook sur l’intérêt des précommandes chez Amazon Kindle. C’est un des sujets dont je parle dans le livre que je suis en train d’écrire et que je dois finir de rédiger (gasp !) jeudi. J’ai déjà répondu en direct, mais pour le bénéfice de tout le monde, je recopie ici le mini-chapitre, brut de rédaction.

Utilisez les précommandes, avec discernement

Les différentes boutiques gèrent les précommandes de façon différente, et cela peut changer, donc il faut prendre ce que dis avec une pincée de sel.

La précommande est un outil à double tranchant, et son intérêt est double :

  • réaliser une vente alors que le lecteur est chaud, même si le livre n’est pas encore disponible
  • cumuler des ventes pour le jour du lancement.

Vous pouvez mettre en précommande vos livres sur Amazon Kindle, Kobo et iBooks, avec des délais différents suivant la boutique. Il y a une autre nuance dans la manière dont la précommande est comptabilisée entre Amazon Kindle et les autres boutiques.

Sur Amazon Kindle, les pré-commandes sont enregistrées comme des ventes le jour où elles sont réalisées, et votre livre peut apparaître dans le classement des meilleures ventes avant qu’il ne soit disponible.

Image 18-06-2016 10-56.d5580a86114f4c0ca636e05ed936888e

Au fur et à mesure… c’est différent de la manière dont procède iBooks qui cumule les pré-commandes et les transforme en ventes le jour où le titre est disponible. Le titre sera donc aussi visible dans le classement général, pour les pré-commandes réalisées, et le jour du lancement cumulera toutes les pré-commandes pour survoler le classement général des ventes.

Image 18-06-2016 11-03.7760795de5cf436c9879fd191bb41b3f

C’est ainsi que par exemple Mark Dawson, qui se présente lui-même comme un mid-lister et écrit des romans d’action a pu être deuxième des ventes mondiales sur iBooks pendant 2 jours lors du lancement de son livre “The Jungle“.

Avoir ce type de visibilité est un avantage très intéressant.

Par contre, la manière dont Amazon Kindle comptabilise les ventes est un souci pour les auteurs qui cherchent à atteindre un bon classement rapidement : en diluant les ventes des premiers jours dans la pré-commande, leur classement n’est pas aussi bon. Vous verrez donc de nombreux auteurs indés mettre leurs livres en pré commandes sur iBooks et Kobo, mais pas sur Kindle.

Seuls quelques auteurs à la renommée déjà grande ou avec une campagne de communication intensive peuvent tirer autant parti de ce mécanisme sur la boutique Kindle. Car il n’en reste pas moins que cela permet d’amorcer la présence du livre sur Kindle, notamment la présence dans les livres les plus populaires d’une catégorie, l’apparition dans les listes “Les acheteurs de ce livre ont aussi acheté” d’autres livres, etc.

La pré commande est particulièrement attrayante quand le livre en question fait partie d’une série ou rassemble déjà un lectorat potentiel important avant sa sortie. Ainsi, le même Mark Dawson cité plus haut travaille aussi avec Thomas & Mercer, une des maisons d’édition d’Amazon pour sa série Isabella Rose.

La maison d’édition d’Amazon pratique la pré commande quand Mark Dawson ne la pratique pas…

Image 18-06-2016 11-16.ed8c9318f5d54c62ba829e397788013e

Malheureusement, compte tenu du fait que vous lisez ce livre après la sortie du livre en question vous ne pouvez pas mettre en perspective. Mais cela fait plusieurs mois que le livre est en pré commande. J’avais acheté le premier opus de la série 3 mois avant sa sortie.

Dites-vous que si une maison d’édition d’Amazon pratique ainsi, c’est que cela fait partie des meilleures habitudes à avoir.

Dans l’opérationnel, je ne vais pas trop m’étendre et je vous invite à plutôt consulter les pages d’aide des différentes plateformes pour savoir comment procéder. Sachez par contre qu’Amazon est très rigide sur les pré commandes : difficile de changer la date, impossibilité de mettre à jour dans les derniers jours… il faut avoir largement anticipé et être capable de garder une détermination d’acier, ne rien oublier et se mettre des alarmes et des listes à cocher de choses à faire avec des dates partout 😉

Podcast 39 : David, dessine-moi une couverture …

L’autédition ne date pas du Kindle et n’est pas née avec KDP. Même si celui-ci a une grande importance, on peut parfois oublier qu’il y avait d’autres formes de livres numériques avant, et d’autres boutiques (aujourd’hui encore).

Dans ce podcast autoédition, je reçois David Forrest qui avait par exemple commencé à s’autoéditer en numérique et avait déjà eu un beau succès avant.

David a continué à écrire et à publier, tant en autoédition qu’en passant par d’autres circuits, notamment avec Bragelonne. Il est donc maintenant auteur hybride. Continuer la lecture

Podcast autoédition 38 – Vers l’infini et l’au-delà !

Cette semaine dans le podcast de l’autoédition, je reçois Pascal Bléval, auteur autoédité que j’ai eu le plaisir de rencontrer de visu au Salon du Livre de Paris en mars. Pascal n’a pas un profil similaire aux autres auteurs interviewés récemment dans le podcast, mais l’intérêt est justement de rencontrer des profils différents, variés, originaux, avec des projets divers.

En l’occurrence, Pascal est fan de science fiction en tant que lecteur, donc il écrit dans ce genre en tant qu’auteur, et s’oriente plus vers la science-fantasy (un genre que je ne connaissais pas avant de lui parler). Que ce soit en édition traditionnelle ou en autoédition, ce n’est pas la catégorie favorite des français. À tort, puisque c’est un genre génial et que les français s’y sont illustrés, tant dans des catégories 100% SF que plus littéraires (Barjavel ou Boulle). Non, je n’aime pas la science-fiction…

L'intégrale du livre de Pascal
L’intégrale du livre de Pascal

Comme Alan Spade que j’avais interviewé auparavant, Pascal a choisi de mettre un tome de sa première trilogie à très petit prix (gratuit même), et il utilise cette stratégie pour percer petit à petit dans sa catégorie. Mais comme on le voit dans l’entretien, il n’a pas l’intention de s’arrêter là !


Petite interruption avant de passer à l’entretien. J’ai récemment réalisé une version papier de 82 questions sur l’autoéditionet je fais en ce moment un concours avec tirage au sort pour gagner des versions papier ou numériques de ce livre.

Vous pouvez aussi gagner un exemplaire papier ou numérique avec Jérémie Lebrunet à l’occasion du lancement de son très bon guide sur le formatage et la typographie.


Pour écouter le podcast en entier :

La retranscription

Cyril. – Bonjour ! Aujourd’hui, je reçois Pascal Bléval dans le podcast de l’autoédition. Bonjour Pascal.

Pascal. – Bonjour Cyril ! Bonjour à tous et à toutes.

Cyril. – Est-ce que tu aurais la gentillesse de te présenter, de présenter un petit peu ton parcours en autoédition et tes livres ?

Pascal. – Alors, mon parcours en autoédition est relativement récent. Cela va faire deux ans que j’ai commencé à m’autoéditer, mais pour l’instant je n’ai que deux publications sur différents sites : Amazon, Fnac, et deux-trois autres. À part ça, ça fait quand même pas mal de temps que j’écris. On va dire depuis la fin du lycée, avec une petite interruption de cinq-six ans au beau milieu de tout ça. Donc ça fait pas mal de temps que je pense à l’écriture. Jusqu’à maintenant, j’étais très focalisé sur le monde de l’édition, sur le fait d’envoyer mes romans à l’édition traditionnelle. Et puis, il y a quelques années, j’ai commencé à découvrir le monde de l’autoédition et j’ai fini par me lancer il y a deux ans. Voilà, ça, c’est pour la partie autoédition.

Cyril. – Quand tu envoyais des livres en papier vers des maisons d’édition, est-ce que c’était facile de trouver des maisons d’édition qui correspondaient à ce que toi, tu écrivais, ou au type de public que tu visais ? Continuer la lecture

Faire une promotion gratuite de votre livre autoédité aux USA

J’évoque le sujet en passant dans un entretien à paraître sur le podcast, donc je me suis dit qu’il pouvait être intéressant d’en dire plus ici : j’ai fait une promotion gratuite aux USA sur Amazon.com. J’ai commencé début mai à passer la première sur les marchés anglo-saxons, puisque comme évoqué dans les articles les plus récents, ces marchés sont beaucoup plus grands, donc potentiellement plus rémunérateurs.

Comme je ne vais pas apprendre aux anglophones beaucoup de choses sur l’autoédition, je me suis consacré aux livres de développement personnel, dont j’ai un catalogue. J’y suis donc allé avec ma casquette d’éditeur indépendant, mais sachez que j’affronte les mêmes affres qu’un autoédité dans ces pays.

Difficile en effet d’acquérir de la visibilité dans le pays du lait et du miel. Continuer la lecture

Où l’on reparle de mes activités “annexes”

Comme je suis un grand timide, je n’avais pas été les rencontrer sur leur stand au Salon du Livre, stand qui était souvent bondé. Qu’à cela ne fasse, Jean-Yves Normant de Bookélis m’a contacté directement.

Nous avons pu discuter par téléphone, et pour une fois, c’est moi qui était sur le grill et répondant aux questions. Vous pouvez retrouver l’interview sur leur blog. On y parle essentiellement d’ebookgang et de la problématique croisée visibilité/promotion.

Bookélis a une approche de l’autoédition qui est celle d’un prestataire de services, au même titre que d’autres que j’ai déjà eu en entretien sur le podcast. Dans leur communication, ils sont très clairs sur le fait qu’ils ne sont pas éditeurs, qu’ils ne font pas de sélection ni de comité de lecture. Les tarifs sont détaillés et affichés (et raisonnables).

Une approche honnête et sérieuse à des lieues de celles de certains autres.

Parce que cela répond à une demande de leurs clients, ils travaillent encore beaucoup en papier. Les livres sont imprimés à la demande, et peuvent être commandés par les libraires pour les lecteurs si la librairie est connectée au réseau Hachette Distribution (un des trois grands distributeurs de France). Ce n’est toutefois apparemment pas là où la majorité des ventes se font, mais sur les nombreuses boutiques de livres numériques avec lesquelles ils sont partenaires.

En fonction de votre démarche, cette impression à la demande en dehors de la galaxie Amazon peut être mise à profit. Les libraires sont très réticents à travailler avec Createspace (au point de faire du refus de vente), mais pas avec Hachette, et seront plus à l’aise avec un auteur qui demande à venir faire des dédicaces si celui-ci a des livres qu’ils peuvent commander directement.

Avec un seul prestataire, vous pouvez avoir accès à la quasi-totalité des boutiques et des circuits de distribution. Vous devrez toujours travailler pour rendre vos livres plus visibles.

Jean-Yves Normant a par ailleurs écrit lui aussi un guide sur l’autoédition pour les novices qui est disponible gratuitement sur ces plateformes de ventes de livres numériques, par exemple Kobo.

Plus que 48 heures…

Vous pouvez gagner un des 5 exemplaires de Comment publier un livre en version papier offerts avec le give-away Goodreads que j’ai organisé.

J’ai reçu les exemplaires (enfin ! ouf !), et je prépare les paquets. Vais-je écrire votre nom ? C’est possible, mais uniquement si vous participez à ce give-away !

Pour participer, il suffit de vous inscrire au give-away ici :

https://www.goodreads.com/giveaway/show/167648-comment-publier-un-livre-marketing-pour-auteurs

Attention, le giveaway finit le 20 janvier. Je ne sais pas si c’est le matin à minuit et 1 seconde, ou le soir à 23:59, car c’est la première fois que je fais un give-away. En tout cas, il vous reste peu de temps pour vous inscrire.

Pour en savoir plus sur ce livre : http://www.edition-ebooks.com/comment-publier-un-livre/

C’est aussi l’occasion de rappeler que cet excellent livre est disponible en version papier sur la boutique Amazon.

Pocaste Episode12: J’ai peut être besoin d’étre relu

Le podcast pour publier sur Kindle iBooks et Kobo
Le podcast pour publier sur Kindle iBooks et Kobo

Dans cet épisode 12, j’ai trouvé la correctrice qui va peut-être réussir à corriger mes fautes de frappe (non, non, ce ne sont que des fautes de frappe) : Florence Clerfeuille. Florence est à la fois auteur, autoéditée, et correctrice, écrivain public. J’ai coupé l’entretien en deux parties où l’on parle plus à chaque fois d’une de ses deux casquettes. Elle nous explique son travail et l’importance qu’il a dans la première partie, et nous parlons ensuite de ses derniers romans sortis sur Kindle.

Pour écouter directement cet épisode :

Deuxième partie :

Florence a donc publié «Le Chat du Jeu de Quilles» Tome 1, et Tome 2, et le Tome 3 sort dans les premiers jours de juin. Mais elle a publié aussi de nombreux autres livres dont on ne parle pas beaucoup et qui sont accessibles depuis sa page auteur Amazon.

Vous pouvez aussi la retrouver sur son blog, et je vous conseille de vous abonner à sa newsletter, non seulement pour recevoir de ses nouvelles mais aussi pour voir comment elle utilise cet outil pour garder le contact avec son lectorat.

Pour son activité d’écrivain public et de correctrice, vous la retrouverez sur le site «à mots déliés».

J’avais dit que je mettrais des liens vers ses autres entretiens et vidéos, mais il y en a trop ! Vous trouverez tout sur ces deux sites.

Quelques notes encore sur le contenu du podcast. Il y a un moment où je traite Jean-Philippe Touzeau d’auteur commercial. Dans ma bouche, c’est presque un compliment, que ce soit clair ! Il a clairement choisi le type de livres qu’il veut écrire, et il le fait avec réussite.

Par ailleurs, sur la question de la précommande, j’ai vérifié, et la livraison de la version finale doit bien se faire 10 jours avant la sortie.

 

Je vous conseille de souscrire à ce podcast dans iTunes ou d’utiliser une autre application pour ne pas rater un épisode. Vous pouvez aussi vous abonner au fil RSS des podcasts.


Et maintenant un mot de notre sponsor 😉

J’ai publié début mai un autre ebook sur l’autoédition «82 questions sur l’autoédition: Tout ce qu’il faut savoir pour publier soi-même ses livres».

Pour en savoir plus, cliquez ici.

Continuer la lecture

Podcast Épisode 9 avec Charlie Bregman

Le podcast pour publier sur Kindle iBooks et Kobo
Le podcast pour publier sur Kindle iBooks et Kobo

Dans cet épisode 9, je reçois Charlie Bergman, auteur d’un roman, de plusieurs nouvelles, de livres de développement personnel et de livres sur l’autoédition.

Ensemble nous abordons le portrait de l’auteur autorité d’aujourd’hui, l’expérience et les expériences de Charlie pour l’écriture et aussi pour l’autoédition.

Pour écouter directement cet épisode :

Vous pouvez retrouver Charlie sur son site Iggybook.

Vous retrouverez aussi ses livres sur la boutique Kindle d’Amazon.

Et le “hasard” fait bien les choses car ce week en de de 1er mai, le roman de Charlie, dont il parle pendant l’entretien, est est promotion chez Amazon par Amazon (-50% sur 50 titres).

Vivement l’amour (MA VIE EST UN SKETCH t. 1) sur Amazon.

Je vous conseille de souscrire à ce podcast dans iTunes ou d’utiliser une autre application pour ne pas rater un épisode. Vous pouvez aussi vous abonner au fil RSS des podcasts.


Et maintenant un mot de notre sponsor 😉

J’ai publié cette semaine un autre ebook sur l’autoédition «82 questions sur l’autoédition: Tout ce qu’il faut savoir pour publier soi-même ses livres».

Pour en savoir plus, cliquez ici.

Continuer la lecture

Entretien avec Jacqueline Vandroux sur l’autoédition Kindle, iBooks et Kobo

Le podcast pour publier sur Kindle iBooks et Kobo Le podcast pour publier sur Kindle iBooks et Kobo

L’épisode 8 est la seconde partie d’un entretien que j’ai eu avec Jacques Vandroux (en fait Jacques et Jacques-line Vandroux). Cette fois, on écoute Jacqueline nous raconter son expérience d’éditrice sur tous les plateformes, son blog, comment elle en est venue à écrire elle-même un ebook, mais cette fois pratique, pas un roman.

J’avais déjà enregistré une intervention de Jacques et Jacques-line sur le stand Amazon du Salon du Livre à Paris, disponible ici.

Pour écouter directement cet épisode :

Vous pouvez retrouver Jacqueline sur son site et sur sa page Facebook.

Et bien sûr, si vous n’avez pas encore lu son livre qui raconte par le détail ses démarches pour mettre les livres sur Kindle et ailleurs, vous devez corriger cette grosse erreur :

Si vous appréciez ce podcast, merci de rajouter des commentaires, ici ou sur iTunes. Sur iTunes, vos commentaires permettront à d’autres auditeurs de le découvrir plus rapidement.

Je vous conseille de souscrire à ce podcast dans iTunes ou d’utiliser une autre application pour ne pas rater un épisode. Vous pouvez aussi vous abonner au fil RSS des podcasts. Continuer la lecture