Archives de catégorie : Kindle

Comment avoir plus de visibilité au moment de son lancement dans la boutique Kindle ?

Une solution déjà est de ne pas se limiter à une seule catégorie lorsque l’on publie. Je vois beaucoup de personnes se limiter à une seule catégorie, alors que leurs livres peuvent attirer des lecteurs différents. Vous avez deux cases à remplir dans KDP, remplissez-les. Et tant qu’à faire, dans des branches différentes (Littérature et littérature sentimentale par exemple ou Fantasy et Litt. Sent.)
Le choix doit être judicieux et pas caricatural (érotisme dans développement personnel par exemple, c’est excessif). Mais cela a du sens quand vous pouvez apparaître dans les classements de catégories plus petites, voire récolter un macaron “1er des ventes”.

Pour avoir une idée des volumes sortis par genre, regardez sur http://les nouveauxlivres.fr

Si vous n’avez pas exactement la catégorie qui est adaptée à votre livre, vous pouvez aussi envoyer un petit mail poli à l’aide de KDP pour leur expliquer pourquoi ce serait bien que votre livre par exemple soit classé en chick-lit plutôt que romance contemporaine. Dans 9 cas sur 10, ils vous aideront.

Sur les autres boutiques qu’Amazon, vous pouvez parfois choisir encore plus de catégories, 3 chez Kobo par exemple. Même idée : prenez en plusieurs, et dans des branches différentes, pour avoir l’opportunité d’être présent partout.

Trouver les bons lecteurs, cela commence aussi par choisir les bons genres.

Du nouveau du côté de KDP Print

Vous connaissez le programme KDP Print ou Papier ? C’est « en gros » la même chose que Createspace, la solution d’impression à la demande d’Amazon, mais avec plusieurs petits détails qui font que ce n’est pas la même chose.

Les auteurs qui s’autoéditent utilisent bien souvent Createspace pour pouvoir imprimer leurs livres à la demande, plutôt que de passer par une solution avec un imprimeur, à des tarifs compétitifs.

Depuis bientôt un an, Kindle Direct Publishing propose une autre solution, très proche dans l’esprit, mais à l’intérieur du programme KDP : si vous êtes inscrit à KDP pour vos livres en numérique, vous êtes déjà inscrit pour participer à la version.

Pendant longtemps, j’ai trouvé personnellement qu’il n’y avait pas d’avantage réel à utiliser cette solution plutôt que Createspace.

Refaisons le point.

Avantages de KDP Papier par rapport à Createspace

  • interface de rapport commune
  • interface d’administration en français
  • récupération des métadonnées entre la version numérique et la version papier
  • mise en ligne un poil plus rapide
  • interface d’administration plus « compacte » et étapes apparemment plus courtes.
  • accès à Amazon.jp

Avantages de Createspace par rapport à KDP Papier

  • possibilité d’avoir une épreuve avant de publier
  • possibilité de commander des exemplaires auteur (avec de petits soucis de douane, mais bon…)
  • distribution sur le Canada et le Mexique (KDP Papier ne fait pas le Canada !)

Eh bien, les choses sont en train d’évoluer du côté de KDP Papier…

Il est maintenant possible pour les auteurs qui utilisent cette solution de commander des exemplaires auteur aux prix de fabrication.

Mon petit doigt me dit aussi que les soucis fréquents de douanes à l’achat d’un nombre important de livres sont sur la rampe de lancement vers le néant, que dans ce cas, l’impression se fera en Europe, donc sur le marché unique. C’est mon petit doigt, il ne faut pas lui faire une confiance absolue…

En termes de coûts, cela veut dire (et là, je fais du copier/coller) que vous payez le prix auteur associé à vos livres. Ce prix correspond au coût d’impression du site de vente sélectionné multiplié par le nombre d’exemplaires. La taille de coupe, le type de contenu intérieur et le nombre de pages entrent en ligne de compte pour déterminer ce prix, lequel n’inclut pas les taxes ni les frais de livraison.

Attention toutefois, le délai de livraison est plus important que pour des clients réguliers d’Amazon. Pas de livraison le lendemain en Prime, comptez plutôt 2-3 semaines.

Et ce n’est pas tout !

Vous pouvez désormais commander autant d’épreuves que vous le souhaitez, dans la limite de 5 exemplaires par commande. Voilà qui rassurera les personnes qui ne sont pas sûres de leur maîtrise du processus de mise en page d’une version imprimée.

Cette nouvelle fonction de l’outil va être ajoutée de manière graduelle dans les semaines qui viennent.

Que reste-t-il à Createspace ? La distribution étendue, quelque chose que dans les faits très peu d’auteurs francophones peuvent utiliser (très anglosaxon comme circuit de distribution, et même là-bas, les libraires n’aiment pas commander des livres à Createspace/Amazon). Le Canada bien sûr.

Et de manière générale, ces deux programmes font que l’on a une distribution limitée à la boutique Amazon. Pour être disponible en impression à la demande sur d’autres boutiques, il vaut mieux passer par BookElis, Iggybook ou BOD (attention aux contrats, surtout dans le dernier cas).

Pour en savoir plus de la voix (ou de la plume) de son maître, retrouvez les infos sur les épreuve sur le site KDP, ainsi que celles sur les exemplaires auteur.

Salon et promo

Je voulais vous rappeler, surtout si vous habitez dans la région lyonnaise, que se tient aujourd’hui le premier salon de l’auto-édition de Pierre Bénite. J’y serai pour discuter avec d’autres auteurs et participer à des présentations.

Je profite de l’occasion pour mettre en promo exceptionnelle pendant le week-end 2 livres :

  Propulsez votre ebook sur la boutique Kindle, boite à outils de techniques de marketing pour aller plus loin plus vite sur Kindle, qui est à a 0,99€ au lieu de 3,99€.

  Les Ouvrages Du Domaine Public, un ebook écrit par mon père Christian Godefroy, qui a été éditeur pendant plus de 30 ans, et qui a créé la formation Kindle Bank System.

Si vous n’avez pas encore lu ces ouvrages, c’est le moment d’en profiter, ils coûtent moins cher qu’un mauvais café à un distributeur, et ils vous apprendront  plus de choses, que vous pourrez transformer en actions.

Si vous les avez déjà lus, c’est l’occasion d’en parler aux gens que vous connaissez et que cela peut intéresser. Ils ne sont en promotion que sur Kindle (car ils sont dans KDP Select).

Enfin !

Apparemment, il y a une mise à jour Kindle qui doit se faire automatiquement, et qui “corrige” un des graves soucis des liseuses Kindle. 

Si vous pouvez profiter de cette mise à jour, qui ne concerne pas toutes les liseuses malheureusement, vous pourrez enfin profiter d’un ferrage à gauche, ou justification à gauche. 

Personnellement, je trouve la justification centrale si pénible à lire que j’applaudis des deux mains qu’Amazon se rende enfin compte que non, leur logiciel ne donne pas un bon rendu. 

Yes !

La saison des salons

Je ne suis pas habitué des salons du livre. Je sais qu’il en existe des dizaines partout en France, en Belgique, en Suisse, mais je n’y vais pas. Par contre, il y a des événements pour lesquels je fais l’effort surhumain de sortir de ma coquille pour rencontrer des gens, particulièrement cette année.

Salon du livre à Paris : la grande inconnue

Les précédents salons Livre Paris ont été un moment excitant. En plus de rencontrer un certain nombre de partenaires devenus presque indispensables dans le circuit de l’autoédition numérique et papier tels que Bookélis, Iggybook, Librinova, vous aviez l’occasion de rencontrer de très nombreux auteurs qui ont marqué la chronique de l’autoédition (et que j’ai interviewé en podcast) autour du stand Amazon.

Un rassemblement de personnes qui se parlent sur internet dans la vraie vie, donc, et généralement riche d’échanges d’expériences, l’occasion de partager des astuces, des bons plans, de faire grandir son réseau de connaissances et pourquoi pas aussi de lecteurs.

Merci à Anne-Laure Vial (une copine de 25 ans) d’avoir institué ce rendez-vous annuel autour d’un stand ouvert à tous ceux qui veulent tenter l’autoédition, repris de main de maître par Eric Bergaglia l’année dernière. Cette année, suite à la mutation d’Eric, le programme est encore inconnu à ce jour. Mais vous pourrez rencontrer les différentes entités d’Amazon : KDP, Createspace, Amazon Publishing, Audible.

Moi, j’y serai pendant les 4 jours du Salon, même si je n’ai « rien » à vendre. Je voulais prendre un petiot stand pour pouvoir accueillir d’autres auteurs, faire bouger un peu plus l’autoédition à ma manière, mais les coûts d’un stand sont trop importants. L’année prochaine, peut-être ?

Je publierai des infos sur ma page Facebook ou sur Twitter. Par exemple, mon selfie du jour, pour que vous puissiez me reconnaître. N’hésitez pas à venir discuter, à me poser des questions.

J’y vais aussi pour rencontrer des prospects dans plusieurs domaines : pour ebookgang.fr bien sûr, mais aussi pour deux autres projets autour de l’autoédition que je mène de front en ce moment, dont le coffret ebooksy fantasy jeunesse.

Un acteur non négligeable sera malheureusement absent, dans le sens « je n’ai pas de stand », c’est Kobo. Mais ils seront présents en force la semaine suivante dans la vraie capitale des Gaules, le joyau de la vallée du Rhône : Lyon !

Quais du polar à Lyon

Kobo et Kobo Writing Life seront en effet présents en force pendant le festival Quais du polar à Lyon. Un événement que j’apprécie d’autant plus que j’habite au milieu des différents lieux (oui, je suis casanier par moments).

Un programme riche pour Kobo Writing life avec la présence encore une fois de nombreux auteurs autoédités, dont Chris Simon, Jérôme Dumont ou Philippe Saimbert, voire moi-même !

J’animerai en effet une conférence le dimanche 2 avril. Pour ce qui est de sortir de sa coquille, je sortirai de ma coquille. Seul inconvénient, je devrai probablement passer à côté d’autres conférences avec des maîtres du genre. Beaucoup d’écrivains invités, qui ne viennent pas que pour signer des autographes.

Pierre-Bénite, vous connaissez ?

Toujours localement, mais dans un environnement plus intime se tiendra le 13 mai 2017 le salon de l’auto-édition à Pierre Bénite. Une autre occasion de rencontrer des auteurs autoédités, d’apprendre à s’autoéditer de différentes manières, de trouver de nouveaux lecteurs.

C’est la première édition de ce salon, donc le programme est encore un peu fluctuant, mais l’association Ecriture Plurielle qui l’organise m’a demandé de participer ce que je ferai évidemment avec plaisir.

Après cette riche période autour de l’autoédition, il sera évidemment temps pour moi de revenir à mon clavier, probablement épuisé mais heureux. Je vous attendrai avec plaisir si vous pouvez venir.

J’ai testé le livre papier par KDP pour vous

Cela remonte à un peu moins d’un mois, c’est encore frais, et cela ne le sera pas longtemps : KDP a rajouté la possibilité de faire ses livres papier directement dans leur interface.

Oui, vous pouvez maintenant, sur le même site, publier à la fois vos livres numériques et vos livres papier, pour que tout soit publié sur Amazon. Plus besoin de passer par Createspace.

Alors au début, comme je suis conservateur et que je déteste tout ce qui a (Beta) attaché à son nom, je m’en suis méfié comme de la peste. Mais l’occasion était trop belle : j’ai fait non pas un mais deux livres avec ce nouvel outil, histoire de goûter. J’aurais pu en faire plus si je n’avais pas été mordu justement par le côté (Beta) de ce nouvel outil.

Qu’est-ce qui change foncièrement par rapport à Createspace ?

Si vous avez des problèmes avec les interfaces en anglais et que c’est une des principales raisons qui vous ont empêché d’utiliser Createspace jusqu’à présent, KDP Papier répond à vos soucis.

Une interface en français, une aide en français… Très utile pour de nombreuses personnes.

Beaucoup moins de redites aussi, si vous publiez la version numérique avant de faire la version papier, car ils reprennent les même métadonnées. Vous n’avez donc pas besoin de fournir deux fois les mêmes informations.

Évidemment aussi, le processus de publication d’un livre est légèrement différent. Les étapes ne sont pas les mêmes, au centimètre près. Mais dans l’ensemble, il y a moins de friction et j’ai trouvé l’outil plus rapide à utiliser.

Publiant des livres au même format et avec les mêmes caractéristiques, je n’ai pas eu le loisir de tester toutes les variations de tailles, couleur, finition de couverture. Dans l’ensemble, les possibilités m’ont semblé être exactement les mêmes que sur Createspace.

L’outil que tout le monde adore pour sa célérité et son player Flash, le previewer de la version finale, est exactement celui de Createspace, avec peut-être quelques informations de plus, plus d’avertissements sur le fait que les métadonnées et votre fichier final doivent correspondre.

Bref, tout change, tout reste pareil… Si vous savez utiliser Createspace, vous ne serez pas perdus.

Ce qu’il y a de mieux

Il est plus facile de demander la génération d’un modèle de couverture. Pendant longtemps, j’ai sorti ma calculatrice HP à notation polonaise pour calculer les dimensions d’une couverture en fonction du nombre de pages, du papier et du positionnement des planètes.

Puis j’ai trouvé cet outil chez Createspace : il vous permet de générer des images modèle de votre couverture à la bonne taille avec les bonnes marges de tolérance en fonction des critères évoqués plus tôt.

Avec KDP Papier, cet outil enfoui au fond de l’aide Createspace, et presque introuvable si vous n’avez pas utilisé un marque-page est beaucoup plus accessible. Vous le trouverez dans l’aide KDP, sous « Modèles de couverture de livre broché » et l’adresse est https://kdp.amazon.com/cover-templates.

Un des autres intérêts, que je n’ai pas encore testé, est d’avoir un reporting, un suivi des ventes, consolidé entre vos versions papier et numérique. Depuis deux mois, le rapport mensuel comprend plusieurs onglets, et mon onglet est encore désespérément vide.

Enfin, la vitesse de validation et de publication sur Amazon est bien meilleure : livre ajouté samedi, commandé mardi sur Amazon.

Ce qu’il y a de moins bien

Je n’ai pas réussi à transférer un livre Createspace sur KDP Papier. Un bug, peut être provoqué par moi qui n’ait pas le même email pour KDP et Createspace, peut-être provoqué par un ISBN mal rédigé, peut-être encore provoqué par le fait qu’après tout c’est une Beta.

Si vous êtes fan de la vérification de vos versions papier avant la publication, ce que je peux tout à fait comprendre quand on fait cela pour la première fois, vous n’aurez pas de chance avec KDP Papier : ce n’est pas encore disponible. Vous devez donc vous limiter au previewer et serrer les fesses. Vous pourrez l’acheter quand il sera disponible dans la boutique Amazon. Ce que je viens de faire à l’instant, donc je n’aurai mon livre que dans 48h.

Pas possible non plus d’avoir des exemplaires à tarif imprimeur. Si vous voulez acheter plusieurs exemplaires pour faire des dédicaces, vendre chez vous ou en salon, il vous faudra donc trouver un autre imprimeur en POD, par exemple Ingram Spark. Basés au Royaume Uni, vous n’aurez pas les soucis de douane si fréquents avec l’achat en volume de Createspace. Vous avez d’autres solutions évidemment, mais comme je ne les utilise pas, je préfère ne pas en parler.

Enfin, la distribution étendue n’est pas disponible. Mais avez-vous déjà vendu des livres en distribution étendue ? Si oui, vous m’intéressez…

Conclusion

In fine, un outil qui fait bien son travail et qui ne devrait effrayer aucune personne qui a déjà de la bouteille avec Createspace. Malgré quelques défauts de jeunesse, une solution rapide et efficace pour être encore plus exclusif à Amazon 😉

Je valide donc cette option, même si évidemment elle a ses limites.


Edit : j’ai reçu le livre commandé sur Amazon, et il est en tout point comparable à un livre imprimé par CreateSpace. Sauf un… il est écrit “Printed in Great Britain By Amazon” sur la toute dernière page.

Le filtrage collaboratif des livres sur Amazon

Vous ne comprenez pas tout à fait comment votre livre peut être recommandé à certaines personnes et pas à d’autres ? 

Vous vous demandez pourquoi vous recevez des emails d’Amazon qui vous recommandent vos propres livres ? 

Cet article sur un blog du Monde essaie de vous expliquer le filtrage collaboratif. Pour avoir travaillé avec NetPerceptions il y a quelques vies de cela, je cautionne les infos. 

Vous comprendrez ainsi pourquoi il est important de proposer vos livres aux bons lecteurs dès le début, plutôt que de viser large.

Bientôt la trêve des confiseurs pour Noël

Fin décembre, c’est l’époque des fêtes de fin d’année, de Noël, des liseuses sous le sapin, etc. Mais pas que pour les lecteurs, pas que pour les auteurs : pour les gens qui travaillent sur les plateformes aussi.

Pour permettre à tout le monde de prendre ses vacances,  et engranger le maximum de ventes sans faire bouger le bateau, la plupart des plateformes sont en mode statique et réduction des effectifs pendant cette période.

Cela signifie que si vous avez une parution, que vous faites une opération commerciale ou autre, il faut que vous planifiiez dès aujourd’hui ces modifications de prix, ces pré-commandes etc. Car à partir de certaines dates vous ne pourrez plus.

Kobo Writing Life

Kobo sera “fermé” du 19 au 29/12. C’est à dire que vous ne pourrez pas faire de changement de prix, ajout de contenu ou modification de contenu.

koboHeureusement, sur Kobo, vous pouvez tout programmer à l’avance. Un des avantages de passer en direct sur la plateforme plutôt que de passer par un diffuseur (type Smashwords ou Draft2Digital). Vous pouvez lancer une pré-commande sur un livre et choisir une date de sortie pendant ces fêtes, vous pouvez programmer un changement de prix temporaire, etc.

Vous avez donc jusqu’au 18/12 pour le faire. Plus que 13 jours (le 19 étant un lundi, je vous conseille de ne pas attendre la dernière échéance) !

iBooks

Apple aussi ferme un peu les écoutilles pour que le vaisseau traverse tranquillement cette période de façon sûre.  Allez, un peu d’anglais :

To prepare for the winter season, we’re adjusting our deadlines for book deliveries. If you plan on releasing new books on iBooks in December 2016 and January 2017, check the following delivery deadlines:

Dates de sortie Date limite d’envoi
December 18 to 31, 2016 Monday, December 12, 2016 (PST)
January 1 to 8, 2017 Friday, December 16, 2016 (PST)

Vous avez encore une grosse semaine pour envoyer vos livres si vous voulez qu’ils soient validés et publiés pendant la période du 18 au 31 décembre, et un peu plus pour la semaine de la rentrée.

Même chose, iBooks et iTunesConnect vous permettent de faire des pré-commandes, de changer vos prix en avance.  Si vous faites partie d’une opération spéciale type “10 jours en or“, pensez bien à programmer votre date de réduction de prix avant ce moment, car je pense que l’accès à ces outils peut être limité aussi.

Kindle

Fidèle à sa réputation, Amazon continuera à fonctionner 24 heures sur 24, même KDP. Mais !

Bien qu’ils soient tous sous pression et très investis, les intervenants de KDP vont certainement lever le pied : moins de présence, moins de réactivité, et probablement des délais plus longs.

Donc dans leur cas, vous pourrez toujours aller faire des modifications, mais ayez juste ce qu’il faut de pessimisme pour ce qui est de leur réactivité. Les délais de 12 heures qui ont cours actuellement pourraient s’allonger, malgré toute leur bonne volonté.

Et vous qu’avez-vous prévu pour avoir le maximum de visibilité pendant la période des fêtes ?

J’ai encore quelques places de libre pour mettre en avant une réduction pendant cette période de fêtes de fin d’année dans le cadre des 10 jours en or.  La participation est gratuite, mais nécessite que vous participiez a minima en mettant en avant les ebooks des autres participants.

Il s’agit principalement de livres de fiction, de la littérature commerciale, thrillers, romance, jeunesse et fantasy ou SF. Si vous voulez bénéficier d’un peu plus de visibilité en plus, contactez moi en m’indiquant le titre, avec un lien, la réduction, les plateformes de publication, et les infos sur la réduction à cyril@ebookgang.fr

Fonctionnalité suivre l’auteur sur Amazon

Suivre l’auteur est une fonction de la page auteur Amazon que je n’ai pas mise en avant dans mon dernier livre et qui s’est soudain réveillée aujourd’hui, ou plutôt : j’en ai vu la première utilisation.

Je vais tout de suite rajouter une petite partie dessus, car elle est bien pratique, et vous avez intérêt à en tirer parti.

Il s’agit encore une fois plus d’une tactique à mettre en place, pour exploiter un outil qui vous permet de suivre la stratégie de garder le contact avec vos lecteurs.

Continuer la lecture

Table des matières et Kindle Unlimited : Amazon parle aux français

Cela a commencé à se produire. Un certain nombre d’auteurs français ont reçu d’Amazon un email leur indiquant qu’ils devaient “déplacer” leur table des matières. Il s’agit principalement d’auteurs qui sont dans Kindle Unlimited (connu en France sous le nom Abonnement Kindle).

Cet email intervient 3 jours après qu’Actualitté ait pondu un article sur le sujet des arnaques aux États Unis pour les livres publiés sur Kindle Unlimited. Une affaire qui remonte à quelques semaines déjà, mais qui n’avait pas encore touché la France.

Il faut savoir que la plateforme de vente Amazon est sous le microscope des personnes qui veulent abuser des failles de la plateforme pour gagner des sommes importantes sans fournir des contenus qui le méritent. Depuis toujours.

Et cela ressemble un peu à la bataille entre les canons et les cuirasses.

On met un doigt pour boucher ce trou, il y en a un autre qui est percé ailleurs, puis un autre etc. Mais aux États Unis, ces abus prennent des dimensions à la taille du pays : certains de ces auteurs malveillants ont été jusqu’à toucher des bonus All Star, ces bonus qu’Amazon réserve aux 50 meilleurs vendeurs de livres sur sa plateforme.

Ils avaient commencé en faisant des livres de 10 pages, que des personnes dans les pays pauvres allaient ensuite télécharger en s’inscrivant sur Kindle Unlimited (et en profitant du premier mois gratuit). A chaque livre, ils touchaient 1,4 USD environ.

Maintenant ils font l’inverse : des livres de 3000 pages sans queue ni tête, avec des liens pour aller à la fin du livre, ce qui permet au vendeur de toucher 3000 * 0,0046 USD = 13,8 USD. Et la table des matières est un contenu qui se trouve à la fin.

L’email reprend à peu près ces termes, d’après un auteur qui l’a reçu :

Bonjour, 
Nous vous contactons pour vous signaler quelques problèmes dans votre livre.

La table des matières est présent dans le arrière du contenu. Veuillez le supprimer et de ajouter la table des matières au début du livre. Voici des ressources qui vous aideront à mettre en forme la table des matières :
* Utilisateurs HTML, consultez la page https://kdp.amazon.com/self-publishing/help…
* Utilisateurs MS Word, consultez la page http://support.microsoft.com/kb/285059
Pour plus d’informations sur les problèmes indiqués ci-dessus, merci de consulter le Guide de qualité Kindle :

https://kdp.amazon.com/self-publishing/help…

Après avoir apporté les corrections au livre, vous pouvez télécharger votre contenu révisé par-dessus le précédent téléchargement dans votre Bibliothèque KDP.

Pour remplacer l’ancien fichier par le nouveau, cliquez sur « Rechercher un livre », téléchargez le nouveau fichier, et cliquez sur « Sauvegarder et publier » à la page suivante.

Nous espérons que ces informations vous seront utiles. Si vous avez d’autres questions, merci de répondre directement à ce message.

Merci d’utiliser Amazon KDP.

Cordialement,

Amazon

Pour ma part, comme les logiciels que j’utilise pour compiler les versions ePub et Mobi de mes livres mettent toujours la table des matières au début du livre, je ne suis pas concerné, et je n’ai pas reçu ce mail.

Si vous ne le recevez pas, ne vous en préoccupez pas.

Si vous le recevez, Charlie Bregman détaille dans son livre Ebook Facile, mais aussi dans ce post Facebook comment modifier votre table des matières avec Calibre.

Evidemment, on aimerait bien que ce genre de souci ne se produise pas, car c’est un peu ridicule : les auteurs sont obligés de modifier leurs livres et de mettre des tables des matières au début de leurs livres, ce qui impacte la qualité de l’extrait disponible sur Amazon, rien que pour faire face aux limitations de l’outil Kindle Unlimited.

A choisir, sur des œuvres de fiction, je me passerai complètement d’une table des matières écrite

Capture d’écran 2016-06-23 à 15.07.32

pour ne laisser que la table des matières “logique”

Capture d’écran 2016-06-23 à 15.07.17

surtout si cette table des matières écrite ressemble à ça :

Capture d’écran 2016-06-23 à 15.08.11

Je sais compter jusqu’à 27 !