Archives de catégorie : Kindle

Guide pratique de l’autoédition 2018

Autoédition, auto-édition, auto édition : je joue un peu avec Google qui m’ignore toujours de manière snob…

Si vous avez suivi mes divagations dans les minicasts auto-édition que j’ai commencé à publier sur Youtube, je recommande à celles et ceux qui publient un nouveau livre dans les mois qui viennent de s’inscrire au concours des Plumes Francophones d’Amazon (plus sur ce concours ici : https://amzn.to/2rykBPL)
  Et bien, comme on disait quand je faisais des applications iPhone, j’ai mangé ma propre nourriture pour chien. J’ai mis mes actions là où sont mes paroles. Bref, je l’ai moi-même fait.
  L’occasion était bien trop belle. Et c’est le moment de s’embarquer dans une aventure pluri-annuelle.
  Je vous présente le Guide pratique de l’autoédition 2018
Ce livre ne s’adresse pas forcément à l’auteur autoédité expert qui est en vous, mais plutôt à l’auteur débutant qui a besoin d’assistance pour comprendre les démarches et découvrir les bons contenus qui vont l’aider à s’autoéditer de manière moderne. Conseillez-le donc à vos amis qui s’intéressent au sujet, ou qui sont encore au démarrage de leur aventure.
  Vous pouvez le trouver en version Kindle sur https://amzn.to/2ryMkA1 et bientôt en papier, quand KDP papier aura fini de compter ses doigts de pied 😉 et arrêtera de le traiter d’indisponible. Je pourrai aussi le vendre en version papier dans ma boutique, et il sera commandable en librairie, mais il me faudra attendre pour pouvoir le vendre en numérique en direct.
  Une chose importante, c’est qu’il a un numéro d’année dessus. Car je fais la promesse de le faire évoluer d’une année sur l’autre en abordant les nouveaux canaux, les nouvelles solutions, en enlevant ce qui disparaît ou n’a plus d’actualité. J’ai trouvé une date parfaite pour faire la mise à jour annuelle.
  Ce livre est assez léger en marketing car j’ai d’autres livres plus fournis sur le sujet et que je ne voulais pas faire de redites.
  Donc je l’ai mis dans les plumes francophones car :
– les autoédités vont aller regarder la page en question quand elle sera là (plus vite Amazon !)
– Amazon va continuer à parler de son concours et ils ont beaucoup plus de moyens publicitaires que moi,
– ce genre de livre n’a que peu d’opportunités de visibilité sur les autres plateformes (même mon gratuit sur Kobo ne se “vend” pas), donc autant être en Select,
  Si vous venez au salon de l’autoédition de Pierre Bénite du 26 mai, il se pourrait que j’aie des exemplaires papier.

Comment arnaquer Amazon et les lecteurs (et donner une image négative des livres numériques en prime)

Vous avez peut-être entendu parler de diverses arnaques sur Amazon, ou d’abus des outils mis en place par Amazon, notamment Kindle Direct Publishing. Vous vous êtes dit que ça n’arrivait qu’aux États-Unis, que nous étions à l’abri de ce genre d’abus ?

Détrompez-vous ! Depuis quelques mois, ce genre de livre de qualité médiocre arrive sur Amazon Kindle France, et les abus se développent.

Si ça vous intéresse vous aussi de vivre à la marge, en profiteur du système, abuseur en sous-marin, voici quelques astuces pour berner les lecteurs et lectrices de la plateforme en leur donnant des ebooks, en abusant de Kindle Unlimited…

Il vous faut du contenu

Oui, désolé de vous le dire, mais il vous faudra des livres. Vous n’êtes pas obligé de les avoir écrits vous-même, vous pouvez très bien avoir fait appel à un ghostwriter (en France avant on disait nègre, maintenant il faut dire prête-plume).

Par exemple, cherchez ghostwriting sur Google et vous trouverez des pistes, notamment sur Fiverr.

D’autres sites ont existé, ont disparu. C’est en dénouant le fil d’un ebook présent dans le top 100 que j’en ai trouvé : donc oui, on peut faire écrire ses livres par des prête-plume pour ensuite les mettre dans le top 100.

Sinon, vous pouvez utiliser la technique du traducteur automatique, appliquée avec brio par « Pigeon », un livre que C.C. Mahon a pointé du doigt. Une perle ! Si vous réussissez à comprendre l’histoire, éclairez-moi, car depuis que j’ai regardé l’extrait, mes yeux saignent.

Il vous faut une bonne couverture

Si vous êtes dans un genre romantique ou vaguement érotique, vous aurez toutes facilité pour trouver des photos et couvertures à plaquer sur votre livre. Ne vous fatiguez pas à en changer tout le temps, vous pouvez prendre la même image pour plusieurs livres, ou prendre plusieurs images de la même série pour illustrer différents romans.

Il vous faut un bon titre

Soyez créatif, que diable ! Par exemple, utilisez le mot clé « millionaire », personne n’a jamais écrit de romance mettant en scène un millionaire et un bébé.

Si le titre ne vous convient plus au bout de 2 mois, changez-en, et faites le jeu des chaises musicales avec vos couvertures, remplaçant une photo par une autre avec un nouveau titre. Et republiez le même livre. Ce qui est important, c’est d’avoir l’impression d’avoir un nouveau livre, super, avec un contenu exclusif, une histoire jamais racontée (et tant pis si c’est la même histoire que vous recyclez pour la 5ème fois).

Il faut le mettre dans Kindle Unlimited

C’est très important : si vous voulez avoir de la visibilité, votre livre doit être gratuit pour toute une catégorie de lecteurs. Dès qu’ils empruntent ce livre, vos lecteurs vous font monter dans les classements et vous pouvez peut-être atteindre le top 100.

Ajoutez de l’huile de coude

C’est là que ça devient vraiment difficile : il faudrait trouver une ferme à clic, d’une manière ou d’une autre. C’est à dire des personnes ayant pu s’inscrire à Kindle Unlimited gratuitement (avec l’offre d’essai par exemple), qui veulent bien télécharger votre livre contre une rémunération faible.

Disons que vous trouvez une ferme qui vous garantit 50 téléchargements en une journée. C’est normalement assez pour être dans le top 100. Au prix pratiqués dans certains pays d’Asie, cela ne vous coûtera pas très cher.

Ensuite, c’est bien si ces 50 téléchargements donnent lieu à 50 lectures (je vais jusqu’à l’emplacement final, soit emplacement 2345).

Un peu de maths

Je parle de chiffres hypothétiques, et je n’ai pas les coûts réels sous la main. Mais je projette ce qu’on peut gagner avec ce genre de démarche. J’ai regardé un de mes livres qui est dans Kindle Unlimited, et qui fait donc 94 pages en mode KENPC. Si je vais à la fin de ce livre sur ma Kindle, je suis à l’emplacement 600 et quelques. On peut donc supposer qu’il faut 6,8829 emplacements pour faire une page KENPC.

Par conséquent, un livre qui a 2414 emplacements, si je vais à la fin, on a donc lu 350 pages KENPC…

Au mois de février, la page lue KENPC valait un peu plus de 0,46 centime. 0,0046 euro. Donc avec un livre qui fait 350 KENPC, chaque lecture rapporte 1,61 €. On n’a même pas besoin de lire le livre en entier, puisque Amazon ne retient que la dernière page lue dans le livre.

Avec les 50 téléchargements lectures supposés plus haut, on a donc gagné :

1,61 x 50 = 80 euros

Et ceci sans tenir compte des pauvres lecteurs/lectrices qui, ayant vu ce livre dans le top 100, ont téléchargé voire acheté ce livre dans Kindle. À 2,99€, cela fait quand même 2 € environ de redevances supplémentaires.

Même si le prix de l’emprunt Kindle avec lecture est de 1€, on est gagnant, de 30 euros. On peut donc reproduire cette démarche le jour suivant, la semaine suivante, etc.

Et quand le livre n’est plus assez visible ou récolte trop de mauvaises étoiles, que fait-on ? On lui rachète une virginité en changeant le titre, la couverture. Pourquoi pas le nom d’auteur aussi…

Comment reconnaître ce genre de livre ?

Vous voyez un livre dans le top 100 avec une très mauvaise note, voire sans note ? Il n’est pas en précommande ? Il est disponible dans Kindle Unlimited ? Vous tenez quelque chose… Tirez sur le fil en allant voir les autres livres de l’auteur (cela peut être un raté avec un premier commentaire mauvais sur ce qui sera en fait LE roman du 21ème siècle !).

Qu’est-ce qu’on en a à foutre ?

Sur le principe, on pourrait dire que c’est gênant, mais pas grave : après tout, si les gens sont assez simples pour tomber dans le panneau et acheter ces livres… Sauf que…

Vous savez comment fonctionne la rémunération dans Kindle Unlimited, si vous y avez mis vos livres ? Amazon fait un gigantesque pot commun de toutes les sommes versées par les abonnés, rajoute une prime parce qu’ils sont contents, et ensuite compte le nombre de pages lues dans le monde entier sur un mois et redistribue cette cagnotte.

Les personnes qui adoptent ce genre de technique pour jouer avec la visibilité et faire en sorte d’avoir des achats et des lectures dans le cadre de Kindle Unlimited sont rémunérées avec l’argent du pot commun. De l’argent dont une partie pourrait vous revenir si ces abus n’existaient pas (et que vous êtes vous-même sur Kindle Unlimited).

Deuxième impact : la qualité et la perception des livres numériques sur Kindle. Les 5 livres que j’ai trouvés aujourd’hui sur la boutique ne sont pas nuls, mais pas géniaux non plus. Ils ne méritent probablement pas d’avoir autant d’exposition, ni de trouver beaucoup de lecteurs. En tout cas, les lecteurs qui ont laissé des commentaires ont souvent dit ce genre de chose.

In fine, cela rejaillit sur les autres auteurs qui publient sur Kindle, et donne du grain à moudre à ceux qui disent que sur Amazon, on trouve des arnaques, donc il ne faut pas y acheter de livres.

Il y a quelque chose de pourri au royaume de Danemark, et cela concerne tous les auteurs qui publient sur Kindle, pas seulement ceux sur KU.

Un nouvel outil de prévisualisation et de validation sur KDP Papier

Soit j’étais caché sous une pierre avant le salon du livre, soit ils ont profité que nous étions occupés pendant le week-end, mais j’ai non pas une mais deux nouvelles manières de faire à rapporter aujourd’hui.

Après Kobo et la distribution des livres dans les bibliothèques avec Overdrive, c’est Kindle qui nous a réservé une nouveauté avec une mise à jour de l’outil de prévisualisation et de validation des exemplaires papier.

L’ancien outil hérité de CreateSpace devait disparaître, et plus tôt que tard, car il utilise Flash, une extension de navigateur connue pour ses failles de sécurité et son exécution lente et gourmande. Mais si Flash n’est plus mis à jour, je m’attendais quand même à devoir encore attendre quelques mois.

Quelle n’a pas été ma surprise lorsque j’ai découvert aujourd’hui, à la faveur d’une mise à jour sur un livre déjà publié, une toute nouvelle interface !

outil de prévisualisation Amazon papier version 2

Plus claire, un peu plus rapide pour certaines choses, plus lente pour d’autres, cette nouvelle interface et ce nouvel outil ont l’heur de ne plus du tout utiliser Flash. C’est un progrès, et cela m’évitera de devoir lancer Chrome à chaque fois que je dois valider une épreuve.

Sur le moment, j’ai raté l’occasion de faire une capture d’écran pour vous en faire part. Mal m’en a pris car pour la voir aujourd’hui, il faut quand même se trouver dans une configuration particulière.

Ainsi, lorsque j’ai voulu y retourner plus tard pour enfin capturer l’image, je suis arrivé cette fois sur la vieille bouse infâme que nous devions subir auparavant. Il m’a fallu m’y reprendre à 2 fois pour constater que oui, cette version n’est encore  accessible qu’aux anglophone. Il faut donc avoir sélectionné l’anglais comme langue de l’interface avant d’aller voir le livre que l’on veut prévisualiser.

Ne vous étonnez donc pas de ce nouvel outil, on y retrouve les mêmes informations indispensables, les mêmes message d’erreur (et probablement les mêmes prises de tête si l’on confond papier blanc et papier ivoire). Mais plus moderne.

Cet outil devrait arriver sur les pages françaises quand Amazon décidera qu’il le voudra. Je ne m’avance plus depuis mes frustrations avec la commande des exemplaires auteur et épreuve, qui ont mis quelques mois de trop à être accessibles à tout le monde. En attendant si vous voulez l’utiliser et faire éventuellement un commentaire à Amazon KDP, pensez bien à changer la langue dans la barre de menu supérieure de la page.

Enfin ! Commandez des exemplaires auteur à KDP Print

J’en ai parlé bien trop en avance, me fiant à la disponibilité des pages d’aide sur le site de KDP,  mais il semble que la possibilité de commander des épreuves ou des exemplaires auteur sur le site de KDP pour la version papier soit enfin disponible pour tout le monde.

Une bonne nouvelle qui va permettre à l’équipe de KDP de ne pas avoir à répondre à la question « quand est-ce que ça va être disponible ? » 200 fois pendant Livre Paris…

EnregistrerEnregistrer

Faire une promo sur son livre Kindle

Il y a encore 3 jours, j’ai vu dans un forum une autrice pourtant aguerrie poser des questions sur les promos sur Kindle. Elle demandait comment mettre son ebook gratuit sur Kindle. Comme quoi, on peut avoir trouvé des milliers de lecteurs et se poser des questions de niveau simple.

J’essaie donc d’écrire un article “de référence” sur la question, article que je vous invite à pointer à toute personne qui vous poserait la question.

Faire une promo gratuite de son ebook Kindle

Une question qui n’est plus souvent abordée. Mais qui pourtant a tout son sens pour les auteurs qui font de l’autoédition, qu’ils soient débutants ou non.

Pourquoi n’est-elle plus souvent abordée ? Parce que le système qui était faussé jusqu’en 2013 (d’après Jérôme Dumont), est maintenant un peu plus solide. Si vous mettez votre livre en gratuit sur Amazon, son rang dans le classement des ventes est séparé des ebooks payants, et ceci même quand il repasse en payant.

Auparavant, cette petite manipulation permettait de donner artificiellement plus de visibilité à une ebook sur Kindle. Imaginez : vous passez votre livre en gratuit, vous attendez qu’il soit téléchargé une cinquantaine de fois par jour, vous le repassez en payant et bing ! vous êtes dans le top 100 général.

Donc ce n’est plus possible d’utiliser ce “boost” artificiel.

La question du gratuit sur Kindle a aussi disparu des radars car le gratuit n’est pas visible dans la boutique Kindle. Lorsque vous y allez avec votre ordinateur, il faut faire au moins 4 clics pour y accéder, et savoir où vous voulez aller. Sur Kobo, par exemple, accéder à la liste des gratuits réclame un survol de menu et un clic.

s ebooks gratuits sur Kobo
Accéder aux ebooks gratuits sur Kobo est rapide

Pourtant, de nombreux auteurs, surtout des anglo-saxons, continuent à tirer parti de la stratégie autour du gratuit, et je parle d’auteurs qui ont plus d’un livre à leur catalogue, ce qui laisse à penser que c’est leur principale activité. Voici quelques noms : Morgan Rice, Emma Green, Blake Pierce, Audrey Carlan (Calendar Girl).

Pour retrouver cette stratégie plus détaillée, je vous conseille un excellent livre de marketing pour les auteurs autoédités :  50 stratégies et tactiques pour mieux vendre vos ebooks.

Cela peut aussi intéresser les auteurs débutants en autoédition, ou n’ayant qu’un seul livre pour le moment, mais qui veulent capitaliser sur les lecteurs et avoir plus de visibilité. En effet, le pire qui existe pour un auteur, c’est d’avoir des livres qui ne sont pas lus. Autant qu’à faire, il vaut parfois mieux le donner (en service presse, à des blogueuses, à des lecteurs inconnus).

Je vous vois arriver avec vos fourches : oh mais j’ai travaillé sur ce livre, il a de la valeur… je ne peux pas le mettre en gratuit, les gens doivent payer pour le lire. Je vous retourne la question : où y a-t-il le plus de valeur ? Dans un achat de temps en temps à 2,99€ ou dans une relation tissée entre un auteur et un lecteur ? Débat stérile, car si vous avez une opinion arrêtée, je n’arriverai pas à vous convaincre.

Bon, passons enfin à la question de savoir comment le faire sur Kindle…

Mettre son ebook gratuit sur Kindle quand on est dans KDP Select

Vous le savez probablement, il n’est pas possible de mettre son livre gratuit dans l’interface d’administration de KDP. Vous n’avez pas le droit et KDP (sur http://kdp.amazon.fr) ne validera pas la page si vous ne mettez pas un prix correspondant à une des fourchettes (2,99€ – 9,99€ pour toucher des royalties de 70%, 0,99€-2,98€ et 10€-215€ pour toucher des royalties de 35%).

Donc ce n’est pas possible, si on a publié son livre dans KDP, de fixer le prix à 0€.

Prix d'un ebook dans KDP
Les indications sur le prix dans KDP sont strictes

Par contre, si vous êtes dans KDP Select, c’est à dire que vous avez accordé l’exclusivité à Amazon pour votre livre, vous avez accès à 5 jours de gratuité tous les 3 mois.

Pour le faire, survolez le menu “…” dans KDP et sélectionnez “Promotion et Publicité”.

Accéder à l'onglet promotion et publicité

Dans la page correspondante, concentrez-vous uniquement sur l’outil “Lancer une promotion portant sur le prix”, c’est le seul qui fonctionne pour nous pauvres français…

Créer une promotion gratuite dans KDP Select

Ensuite, vous pourrez programmer une période d’un maximum de 5 jours de promotion dès le lendemain. Je mets en gras programmer car c’est un des rares endroits où vous pouvez programmer quelque chose sur KDP, c’est notable…

Ensuite, à vous de tirer parti de cette promotion : faites-la sur plus d’une journée, trouvez des relais qui vont en parler, parlez-en vous-même autant que possible, auprès de tous vos lecteurs et prospects…

Je vous rappelle la finalité de cette promotion : trouver le maximum de lecteurs, à tout prix, tisser une relation avec eux pour qu’ils sachent que vous écrivez de bons livres. Si vous faites cette promotion mais que vous n’en parlez pas, ce sera comme le proverbial coup d’épée, mais dans l’air (même pas dans l’eau !)

Mettre son ebook gratuit sur Kindle quand on est PAS dans KDP Select

Dans ce cas, il n’est pas possible de le faire sur une période donnée. C’est tout ou rien, et cela prend aussi plus de temps.

Pour mettre son ebook gratuit sur Kindle comme les auteurs dont j’ai parlé plus haut, il faut absolument être publié sur d’autres plateformes que KDP, de préférence Kobo ET iBooks.

Si vous avez des difficultés techniques à publier sur iBooks, je vous conseille dans l’ordre Draft2Digital et Smashwords.

Kobo, c’est plus facile, donc je ne reviens pas dessus.

L’objectif dans ce cas est de faire en sorte de faire jouer la clause de prix concurrentiel de KDP : Amazon a normalement le droit d’aligner le prix de vos ebooks sur le plus bas prix constaté ailleurs (sur internet, pour la même édition du même livre).

Vous mettez donc cet ebook à 0 € sur Kobo et iBooks, et vous sollicitez Amazon KDP pour qu’il se rende compte qu’il est à 0€ ailleurs.

C’est là que c’est un peu pénible : ce n’est pas automatique ni immédiat. J’ai remarqué que cela fonctionnait mieux quand vous aviez le même code ISBN sur les trois plateformes, mais c’est sans garantie.

Vous pouvez aussi solliciter Amazon Kindle en utilisant la fonctionnalité “signaler un prix plus bas”, qui se trouve en bas de la page de description dans la boutique Kindle.

Dans ce cas, il n’est pas possible de programmer une réduction de prix, ni le retour à un prix normal. C’est en cela que cette stratégie fonctionne dans le régime « tout ou rien ».

Cette stratégie est particulièrement intéressante si le livre en question est le premier d’une série, ou un livre qui vous sert à recruter des lecteurs pour d’autres contenus.

Faire une promotion temporaire de son livre sur Kindle

Attention ! Je ne parle pas ici des promotions qui sont proposées par Amazon qualité dans le cadre d’une offre éclair ou d’une offre promo du mois.

Dans ces deux cas, c’est Amazon lui-même qui va modifier le prix de votre livre, le baisser à minuit le premier jour de la promotion, et le remettre au prix normal à 23h59 le dernier jour de la promotion.

Si vous voulez vous-même faire une promotion par le prix de votre titre sur Kindle, vous ne pourrez pas programmer la réduction de prix. Il faudra le faire manuellement, en anticipant assez tôt la baisse de prix, et en rongeant un os au moment de donner le remettre au prix normal.

Depuis plusieurs mois, ce type de changement de prix est assez rapidement validé par KDP, néanmoins vous restez tributaire des délais de validation.

Dans le meilleur des cas, il faut quatre heures pour changer le prix, dans le moins bon des cas faut plusieurs jours. C’est rare !

C’est pourquoi je vous recommande de communiquer sur la réduction de prix uniquement une fois que celle-ci est bien prise en compte par qualité.

Dans ce cas, il vous suffit d’aller sur KDP, de changer le prix en prenant en compte éventuellement le changement de niveau de redevance, de valider et de patienter.

Lorsque vous faites le retour au prix normal, n’oubliez pas de repasser dans le mode de rémunération à 70 % le cas échéant, c’est une petite erreur qui est plus fréquente que l’on ne pense (et qui pique quand on s’en rend compte 3 mois plus tard !)

Si vous faites cette réduction de prix sur plusieurs plates-formes, vous pouvez la programmer sur les autres plates-formes (Kobo, iBooks), mais vous ne pouvez pas la programmer sur KDP. Dans ce cas j’ai tendance à vous conseiller de d’anticiper le plus possible la réduction de prix pour éviter des soucis.

Conclusion

Nous avons donc vu comment opérationnellement faire la promotion avec une réduction de prix de son livre dans la boutique Kindle. Cela ne suffit pas ! Il faut en général trouver des relais de communication pour mettre en avant cette réduction de prix temporaire ou permanente pour qu’elle vous permette d’atteindre vos buts. Si KDP vous propose une offre éclair ou promotion du mois, c’est le meilleur moyen d’obtenir de la visibilité chez eux. Dans les autres cas, vous pouvez solliciter vos réseaux sociaux, prévenir le site ebookenpromo.fr, et être créatif.

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

Comment avoir plus de visibilité au moment de son lancement dans la boutique Kindle ?

Une solution déjà est de ne pas se limiter à une seule catégorie lorsque l’on publie. Je vois beaucoup de personnes se limiter à une seule catégorie, alors que leurs livres peuvent attirer des lecteurs différents. Vous avez deux cases à remplir dans KDP, remplissez-les. Et tant qu’à faire, dans des branches différentes (Littérature et littérature sentimentale par exemple ou Fantasy et Litt. Sent.)
Le choix doit être judicieux et pas caricatural (érotisme dans développement personnel par exemple, c’est excessif). Mais cela a du sens quand vous pouvez apparaître dans les classements de catégories plus petites, voire récolter un macaron “1er des ventes”.

Pour avoir une idée des volumes sortis par genre, regardez sur http://les nouveauxlivres.fr

Si vous n’avez pas exactement la catégorie qui est adaptée à votre livre, vous pouvez aussi envoyer un petit mail poli à l’aide de KDP pour leur expliquer pourquoi ce serait bien que votre livre par exemple soit classé en chick-lit plutôt que romance contemporaine. Dans 9 cas sur 10, ils vous aideront.

Sur les autres boutiques qu’Amazon, vous pouvez parfois choisir encore plus de catégories, 3 chez Kobo par exemple. Même idée : prenez en plusieurs, et dans des branches différentes, pour avoir l’opportunité d’être présent partout.

Trouver les bons lecteurs, cela commence aussi par choisir les bons genres.

Du nouveau du côté de KDP Print

Vous connaissez le programme KDP Print ou Papier ? C’est « en gros » la même chose que Createspace, la solution d’impression à la demande d’Amazon, mais avec plusieurs petits détails qui font que ce n’est pas la même chose.

Les auteurs qui s’autoéditent utilisent bien souvent Createspace pour pouvoir imprimer leurs livres à la demande, plutôt que de passer par une solution avec un imprimeur, à des tarifs compétitifs.

Depuis bientôt un an, Kindle Direct Publishing propose une autre solution, très proche dans l’esprit, mais à l’intérieur du programme KDP : si vous êtes inscrit à KDP pour vos livres en numérique, vous êtes déjà inscrit pour participer à la version.

Pendant longtemps, j’ai trouvé personnellement qu’il n’y avait pas d’avantage réel à utiliser cette solution plutôt que Createspace.

Refaisons le point.

Avantages de KDP Papier par rapport à Createspace

  • interface de rapport commune
  • interface d’administration en français
  • récupération des métadonnées entre la version numérique et la version papier
  • mise en ligne un poil plus rapide
  • interface d’administration plus « compacte » et étapes apparemment plus courtes.
  • accès à Amazon.jp

Avantages de Createspace par rapport à KDP Papier

  • possibilité d’avoir une épreuve avant de publier
  • possibilité de commander des exemplaires auteur (avec de petits soucis de douane, mais bon…)
  • distribution sur le Canada et le Mexique (KDP Papier ne fait pas le Canada !)

Eh bien, les choses sont en train d’évoluer du côté de KDP Papier…

Il est maintenant possible pour les auteurs qui utilisent cette solution de commander des exemplaires auteur aux prix de fabrication.

Mon petit doigt me dit aussi que les soucis fréquents de douanes à l’achat d’un nombre important de livres sont sur la rampe de lancement vers le néant, que dans ce cas, l’impression se fera en Europe, donc sur le marché unique. C’est mon petit doigt, il ne faut pas lui faire une confiance absolue…

En termes de coûts, cela veut dire (et là, je fais du copier/coller) que vous payez le prix auteur associé à vos livres. Ce prix correspond au coût d’impression du site de vente sélectionné multiplié par le nombre d’exemplaires. La taille de coupe, le type de contenu intérieur et le nombre de pages entrent en ligne de compte pour déterminer ce prix, lequel n’inclut pas les taxes ni les frais de livraison.

Attention toutefois, le délai de livraison est plus important que pour des clients réguliers d’Amazon. Pas de livraison le lendemain en Prime, comptez plutôt 2-3 semaines.

Et ce n’est pas tout !

Vous pouvez désormais commander autant d’épreuves que vous le souhaitez, dans la limite de 5 exemplaires par commande. Voilà qui rassurera les personnes qui ne sont pas sûres de leur maîtrise du processus de mise en page d’une version imprimée.

Cette nouvelle fonction de l’outil va être ajoutée de manière graduelle dans les semaines qui viennent.

Que reste-t-il à Createspace ? La distribution étendue, quelque chose que dans les faits très peu d’auteurs francophones peuvent utiliser (très anglosaxon comme circuit de distribution, et même là-bas, les libraires n’aiment pas commander des livres à Createspace/Amazon). Le Canada bien sûr.

Et de manière générale, ces deux programmes font que l’on a une distribution limitée à la boutique Amazon. Pour être disponible en impression à la demande sur d’autres boutiques, il vaut mieux passer par BookElis, Iggybook ou BOD (attention aux contrats, surtout dans le dernier cas).

Pour en savoir plus de la voix (ou de la plume) de son maître, retrouvez les infos sur les épreuve sur le site KDP, ainsi que celles sur les exemplaires auteur.

Salon et promo

Je voulais vous rappeler, surtout si vous habitez dans la région lyonnaise, que se tient aujourd’hui le premier salon de l’auto-édition de Pierre Bénite. J’y serai pour discuter avec d’autres auteurs et participer à des présentations.

Je profite de l’occasion pour mettre en promo exceptionnelle pendant le week-end 2 livres :

  Propulsez votre ebook sur la boutique Kindle, boite à outils de techniques de marketing pour aller plus loin plus vite sur Kindle, qui est à a 0,99€ au lieu de 3,99€.

  Les Ouvrages Du Domaine Public, un ebook écrit par mon père Christian Godefroy, qui a été éditeur pendant plus de 30 ans, et qui a créé la formation Kindle Bank System.

Si vous n’avez pas encore lu ces ouvrages, c’est le moment d’en profiter, ils coûtent moins cher qu’un mauvais café à un distributeur, et ils vous apprendront  plus de choses, que vous pourrez transformer en actions.

Si vous les avez déjà lus, c’est l’occasion d’en parler aux gens que vous connaissez et que cela peut intéresser. Ils ne sont en promotion que sur Kindle (car ils sont dans KDP Select).

Enfin !

Apparemment, il y a une mise à jour Kindle qui doit se faire automatiquement, et qui “corrige” un des graves soucis des liseuses Kindle. 

Si vous pouvez profiter de cette mise à jour, qui ne concerne pas toutes les liseuses malheureusement, vous pourrez enfin profiter d’un ferrage à gauche, ou justification à gauche. 

Personnellement, je trouve la justification centrale si pénible à lire que j’applaudis des deux mains qu’Amazon se rende enfin compte que non, leur logiciel ne donne pas un bon rendu. 

Yes !

La saison des salons

Je ne suis pas habitué des salons du livre. Je sais qu’il en existe des dizaines partout en France, en Belgique, en Suisse, mais je n’y vais pas. Par contre, il y a des événements pour lesquels je fais l’effort surhumain de sortir de ma coquille pour rencontrer des gens, particulièrement cette année.

Salon du livre à Paris : la grande inconnue

Les précédents salons Livre Paris ont été un moment excitant. En plus de rencontrer un certain nombre de partenaires devenus presque indispensables dans le circuit de l’autoédition numérique et papier tels que Bookélis, Iggybook, Librinova, vous aviez l’occasion de rencontrer de très nombreux auteurs qui ont marqué la chronique de l’autoédition (et que j’ai interviewé en podcast) autour du stand Amazon.

Un rassemblement de personnes qui se parlent sur internet dans la vraie vie, donc, et généralement riche d’échanges d’expériences, l’occasion de partager des astuces, des bons plans, de faire grandir son réseau de connaissances et pourquoi pas aussi de lecteurs.

Merci à Anne-Laure Vial (une copine de 25 ans) d’avoir institué ce rendez-vous annuel autour d’un stand ouvert à tous ceux qui veulent tenter l’autoédition, repris de main de maître par Eric Bergaglia l’année dernière. Cette année, suite à la mutation d’Eric, le programme est encore inconnu à ce jour. Mais vous pourrez rencontrer les différentes entités d’Amazon : KDP, Createspace, Amazon Publishing, Audible.

Moi, j’y serai pendant les 4 jours du Salon, même si je n’ai « rien » à vendre. Je voulais prendre un petiot stand pour pouvoir accueillir d’autres auteurs, faire bouger un peu plus l’autoédition à ma manière, mais les coûts d’un stand sont trop importants. L’année prochaine, peut-être ?

Je publierai des infos sur ma page Facebook ou sur Twitter. Par exemple, mon selfie du jour, pour que vous puissiez me reconnaître. N’hésitez pas à venir discuter, à me poser des questions.

J’y vais aussi pour rencontrer des prospects dans plusieurs domaines : pour ebookgang.fr bien sûr, mais aussi pour deux autres projets autour de l’autoédition que je mène de front en ce moment, dont le coffret ebooksy fantasy jeunesse.

Un acteur non négligeable sera malheureusement absent, dans le sens « je n’ai pas de stand », c’est Kobo. Mais ils seront présents en force la semaine suivante dans la vraie capitale des Gaules, le joyau de la vallée du Rhône : Lyon !

Quais du polar à Lyon

Kobo et Kobo Writing Life seront en effet présents en force pendant le festival Quais du polar à Lyon. Un événement que j’apprécie d’autant plus que j’habite au milieu des différents lieux (oui, je suis casanier par moments).

Un programme riche pour Kobo Writing life avec la présence encore une fois de nombreux auteurs autoédités, dont Chris Simon, Jérôme Dumont ou Philippe Saimbert, voire moi-même !

J’animerai en effet une conférence le dimanche 2 avril. Pour ce qui est de sortir de sa coquille, je sortirai de ma coquille. Seul inconvénient, je devrai probablement passer à côté d’autres conférences avec des maîtres du genre. Beaucoup d’écrivains invités, qui ne viennent pas que pour signer des autographes.

Pierre-Bénite, vous connaissez ?

Toujours localement, mais dans un environnement plus intime se tiendra le 13 mai 2017 le salon de l’auto-édition à Pierre Bénite. Une autre occasion de rencontrer des auteurs autoédités, d’apprendre à s’autoéditer de différentes manières, de trouver de nouveaux lecteurs.

C’est la première édition de ce salon, donc le programme est encore un peu fluctuant, mais l’association Ecriture Plurielle qui l’organise m’a demandé de participer ce que je ferai évidemment avec plaisir.

Après cette riche période autour de l’autoédition, il sera évidemment temps pour moi de revenir à mon clavier, probablement épuisé mais heureux. Je vous attendrai avec plaisir si vous pouvez venir.