Bouquin Paradis : podcast 11 avec Chris Simon

Le podcast pour publier sur Kindle iBooks et Kobo
Le podcast pour publier sur Kindle iBooks et Kobo

Dans cet épisode 11, je reçois Chris Simon, auteur depuis 2001 et autoéditée depuis 2011. Chris a publié des recueils de nouvelles, et s’est essayée avec réussite à la publication sous forme d’épisodes, et de recueils. Elle est aussi très active dans l’autoédition depuis 4 ans, offrant plus d’infos sur cette activité encore nouvelle.

Pour écouter directement cet épisode :

Vous pouvez bien sûr retrouver les ouvrages de Chris sur sa page auteur Amazon, mais aussi sur Kobo ou iBooks. Je vous conseille de commencer par l’épisode 1 de «Lacan et la boite de mouchoirs», et de vous précipiter sur la saison 1 entière juste après.

Son dernier roman qui paraît ces jours-ci est ici présenté en vidéo par Laurent Bettoni, et vous pouvez précommander ou lire le premier épisode gratuitement sur Amazon.

Chris est aussi présente pour ses lecteurs sur Facebook, et recentre son blog sur ses lecteurs après avoir majoritairement parlé d’autoédition. Pour les auteurs autoédités, je recommande de vous abonner à son compte Twitter @Qrisimon, et de suivre son mag des indés sur Scoop.it.

Je vous conseille de souscrire à ce podcast dans iTunes ou d’utiliser une autre application pour ne pas rater un épisode. Vous pouvez aussi vous abonner au fil RSS des podcasts.


Et maintenant un mot de notre sponsor 😉

J’ai publié début mai un autre ebook sur l’autoédition «82 questions sur l’autoédition: Tout ce qu’il faut savoir pour publier soi-même ses livres».

Pour en savoir plus, cliquez ici.

Cyril. – Bonjour et bienvenue dans le podcast de l’autoédition. Aujourd’hui, j’ai le plaisir de recevoir Chris Simon, qui est auteur, franco-américaine, vivant à Paris, et qui est aussi autoéditée. Chris, est-ce que tu peux nous en dire un petit peu plus que cette brève introduction que j’ai faite ?

Chris. – Oui. Bonjour Cyril et bonjour à tous ! Oui, en fait j’écris depuis… Je vis à Paris depuis 2009 et j’écris depuis très longtemps en fait. J’ai commencé avec du théâtre et je pensais qu’en fait écrire des pièces, c’était écrire des dialogues et donc que c’était facile. C’est un peu plus compliqué que ça, mais bon… Et ensuite, je me suis mise… Ensuite, j’ai commencé à écrire des nouvelles en 2000-2001. Et là, j’ai commencé… J’habitais à New York à l’époque et j’ai commencé à publier dans les revues francophones, au Canada, en France évidemment, en Belgique, en Suisse, etc. Et j’ai aussi… J’ai commencé une formation de scénariste. En fait, c’est vraiment… Ma formation, je dirais, c’est le scénario. Voilà. J’ai vraiment une formation dans le scénario. Ce qui aujourd’hui… Non, mais ce qui explique qu’aujourd’hui en fait la forme de la série est pour moi quelque chose qui me parle plus que le roman, par exemple. Qu’est-ce que je peux dire ? Voilà ! Et je suis arrivée à l’autoédition en 2010 vraiment. Ça avait commencé en 2009 aux États-Unis, mais comme j’étais en France, j’ai un peu raté ce petit départ. Et c’est un ami anglophone, qui lui commençait à avoir du succès, qui m’a dit : « Mais il faut absolument que tu fasses ça, c’est génial, je vends comme un dingue ; j’ai déjà gagné l’équivalent de 20 000 euros en l’espace de six mois » et il m’a dit : « Voilà, il faut y aller ». Donc je me suis dit : ouah, c’est génial ! Et j’ai commencé. Donc ça m’a pris un peu de temps parce que je… Autant j’écris sur ordinateur depuis très longtemps, autant j’étais habituée… J’avais vendu beaucoup de livres sur Amazon (des livres outer print) et aussi j’avais vendu beaucoup de choses sur eBay, donc je connaissais un peu tout. La vente en ligne, c’était quelque chose que je connaissais. Par contre, tout ce qui était la forme, le codage des livres, ça je ne connaissais pas du tout. Donc j’ai mis un peu de temps à m’habituer, à apprendre, à lire des blogs d’auteurs américains… Et de voir comment ils faisaient, comment on faisait. Et cet ami m’a aidé aussi : il a codé mon premier livre, en fait, qui s’appelait La couleur de l’œil de Dieu et qui est toujours en vente aujourd’hui et qui était un recueil de nouvelles. Voilà.

Cyril. – D’accord. Aujourd’hui, si on regarde ta page auteur sur Amazon Kindle, on voit que tu as vingt-deux ouvrages qui sont publiés en version Kindle, broché et poche. Ça fait beaucoup !

Chris. – Oui, parce que… À partir du moment où j’ai commencé à publier, en 2011… J’avais un compte Amazon, mais aux États-Unis, puisque j’achetais déjà mes livres aux États-Unis sur Amazon, et même en France je lis beaucoup en anglais. Donc j’ai commencé… À partir du moment où j’ai commencé, en 2011 (je crois que j’ai publié en mars le premier livre ; en février, février ou mars 2011, mon premier recueil de nouvelles) je n’ai plus arrêté. De publier. Voilà. J’ai enchaîné. Ensuite, j’ai publié Le baiser de la mouche. Et en juin 2013, j’ai commencé la série Lacan et la boîte de mouchoirs.

Cyril. – D’accord. C’est cette série qui est en fait aujourd’hui la plus présente sur ta page auteur, puisque tu as à la fois la saison 1, la saison 2, et puis les séances.

Chris. – Et les séances, séance par séance, oui, qui finissent par faire une saison. Il y a une saison par an, à peu près. Donc j’ai 2013, 2014, et là je vais faire la saison 3. Je vais la publier, cette fois-ci pas en séances, mais en une seule saison, et je pense la publier en automne. Voilà. J’ai commencé à travailler dessus.

Cyril. – D’accord. Est-ce que ce ne serait pas aussi l’occasion de remettre un petit peu à plat la façon dont tu l’as fait ? Parce que l’autoédition t’a permis de faire un certain nombre de choses que tu n’aurais peut-être pas pu faire avec un éditeur normal, c’est-à-dire faire une publication séance par séance, mais peut-être qu’aujourd’hui, justement, comme tu arrives à un troisième tome, ce serait l’occasion de remettre un petit peu à plat cette forme de publication.

Chris. – Oui, c’est juste, c’est une bonne idée de re… Oui, ça serait une bonne idée ! Il faut que je… Il faudrait que je revoie un petit peu. Peut-être ne garder que les saisons et comme tu m’as suggéré avant, garder la séance 1 de la première saison, qui est gratuite. Qui est toujours gratuite aujourd’hui, donc si vous voulez l’essayer, elle est sur toutes les plateformes. Elle est sur Amazon, Kobo et iTunes. Et effectivement, recentrer les saisons, qui existent déjà saison par saison, et enlever les livres, peut-être, qui sont séance par séance. D’autant plus que c’est vrai ce que tu dis : j’en vends de moins en moins séance par séance. Notamment la saison 2 : maintenant, je la vends uniquement…

Cyril. – L’intégrale de saison. D’accord.

Chris. – Que sur la saison complète, oui.

Cyril. – D’accord. Ah oui, c’est… Moi, je réagis souvent comme un lecteur, aussi. Enfin, j’essaie d’abord de réagir comme un lecteur ! Et de prendre mon cas un petit peu comme exemple. Mais si je rentre dans une série, si la série m’a plu, il y a quand même neuf chances sur dix pour que je prenne le deuxième tome de la série, puis le troisième tome, et alors si on me donne les deux premiers tomes d’un coup et le troisième tome en plus, mais même cher, je vais prendre le troisième tome aussi. Il y a un degré de continuité dans l’achat, une fois qu’on est entré dans une série et qu’elle nous a plu, qui est quand même très fort !

Chris. – Oui. Oui, c’est le but de la série. En fait, ce qu’il y a, au début, pour moi, c’était très avantageux de faire par mois parce que je l’ai écrit… En fait, je l’ai improvisé. Tous les mois, j’écrivais une séance. Et la deuxième chose : ça me donnait une présence, notamment sur Amazon. Tous les mois, j’avais un nouveau livre qui sortait. Et on sait que sur Amazon, techniquement, quand on a un nouveau livre qui sort régulièrement, et notamment tous les mois, tout remonte ! C’est-à-dire qu’on… Déjà, on fait une campagne de sortie du livre. Donc ce livre devient plus visible et donc tous les autres suivent et gagnent de la visibilité. C’est le système des algorithmes des plateformes, en fait. Kobo fonctionne aussi comme ça aujourd’hui.

Cyril. – De la même manière. Oui, et puis les lecteurs, aussi, peuvent découvrir un auteur ou une série en cours de route et puis acheter aussi les premiers tomes.

Chris. – Oui, revenir au début et…

Cyril. – Voilà.

Chris. – Oui, tout à fait.

Cyril. – Donc c’était à la fois bien pour faire des expériences et aussi pour créer un petit peu d’inertie, de buzz, pour la série Lacan et la boîte de mouchoirs.

Chris. – Voilà. C’était un bon moyen de lancer la chose et d’être présente mensuellement, en fait. Voilà. Mais maintenant, aujourd’hui, je m’aperçois que ça prend énormément d’énergie.

Cyril. – D’abord, oui. Chaque publication prend du temps : entre le travail de formatage et tout le reste, c’est un peu compliqué.

Chris. – Oui, voilà. Le formatage, la petite campagne Facebook, créer un événement sur les réseaux sociaux, etc. Disons que ça me prenait… La série, en tout, me prenait deux semaines. Chaque séance me prenait deux semaines par mois de travail.

Cyril. – Ah oui !

Chris. – Oui. Entre l’écriture et toute la campagne autour de… Pour la vente, en fait, et la visibilité.

Cyril. – Tout ça fait que travailler avec un éditeur, c’est quand même peut-être un petit peu plus reposant ! Tu sors ces jours-ci un autre livre. Un petit peu aussi sur un mode épisodes. Mais cette fois-ci avec un éditeur.

Chris. – Ah oui. C’est du luxe ! C’est le luxe ! Eh bien oui parce que j’ai fait vraiment le travail d’écriture, le travail de relecture bien sûr : j’en ai fait une partie. J’ai relu après que le livre ait été corrigé, que la saison soit corrigée. Oui, c’est un grand luxe. C’est complètement différent. Ironiquement, ce qui est intéressant, c’est que ce qui m’a inspiré la série Lacan, c’est justement cette série Pulp qui est éditée chez La Bourdonnaye mais qui est dirigée par Laurent Bettoni. Et donc en 2013, en mai 2013, il avait sorti sa propre série. Il avait lancé la série en en écrivant une. Et c’est ça, plus ma propre matière et ma propre formation de scénariste, où je me suis dit : mais c’est une très bonne idée, je vais faire aussi une série. Et j’ai mon sujet : c’est Lacan. Voilà, je vais faire ça ! Aujourd’hui, je me retrouve à publier dans la série Pulp. Et en fait j’ai rencontré Laurent sur les réseaux sociaux en 2012, probablement, et c’est grâce à cet échange, à cette rencontre, qu’aujourd’hui en fait je publie chez Pulp.

Cyril.Brooklyn Paradis, saison 1 : l’intégrale.

Chris. – Il y a l’intégrale et on peut aussi se procurer…

Cyril. – Il y a aussi les épisodes 1.

Chris. – Il y a tous les épisodes aussi qui sortent : de 1 à 6, en même temps. Et l’épisode 1 est gratuit, donc on peut déjà même le précommander : il sort le 20 mai. Tout sort le 20 mai, mais on peut déjà précommander, et notamment l’épisode 1 qui est gratuit. Donc essayez ! Essayez, voyez si c’est pour vous. Mais c’est un thriller, drug thriller, avec de l’humour et ça se passe quasiment entièrement à Brooklyn. Et un peu à Manhattan, mais c’est surtout concentré sur Brooklyn. Et plus on va avancer dans la série, plus on va se promener dans Brooklyn, on va découvrir les quartiers de Brooklyn et ses habitants aussi.

Cyril. – Brooklyn, c’est le quartier… Comment on traduirait borough en français, je ne sais pas, mais c’est le quartier de…

Chris. – C’est le quartier, oui.

Cyril. – Voilà. C’est le quartier de New York dans lequel tu habitais lorsque tu vivais à New York ?

Chris. – Non, je suis de Manhattan !

Cyril. – Tu es de Manhattan, d’accord. Tu es une insulaire, mais tu as été t’encanailler du côté de Brooklyn.

Chris. – Oui. C’est-à-dire que j’ai connu Brooklyn quand Brooklyn n’était pas ce qu’il est aujourd’hui. En vingt ans… En gros, dans les vingt dernières années, Brooklyn est devenu le quartier où tout le monde veut vivre. C’est devenu le quartier où tout le monde veut vivre, où tout le monde… Et c’est un quartier qui devient hors de prix, en fait. Qui s’est gentrifié à une vitesse incroyable et qui aussi a une diversité de personnes qui viennent du monde entier qui vivent là. Il y a des communautés très différentes. Et c’est ça qui est assez fascinant. Et Manhattan est beaucoup moins comme ça aujourd’hui.

Cyril. – Oui. Manhattan est complètement gentrifié depuis…

Chris. – Complètement. Il y a une seule sorte de population : ce sont des gens très riches. En gros.

Cyril. – Oui, c’est clair. Je me souviens, j’avais été voir mon petit frère qui habitait à Brooklyn au milieu des années quatre-vingt-dix… Je n’étais pas resté très longtemps !

Chris. – Ça faisait peur, oui !

Cyril. – Ça faisait un petit peu peur.

Chris. – Il y avait des quartiers où on ne se sentait pas tellement… Moi, j’y suis beaucoup allée parce que j’avais des amis artistes qui y avaient des ateliers, mais on ne se sentait pas très à l’aise quand on allait à Brooklyn ! Même en plein jour, à 4 h de l’après-midi.

Cyril. – Donc tu parles d’un Brooklyn qui n’existe plus, ou…

Chris. – Non, pas du tout ! Non, je parle du Brooklyn d’aujourd’hui, justement.

Cyril. – D’accord !

Chris.Brooklyn Paradis. C’est-à-dire que tout le monde veut y être. Tout le monde… Et en fait, quand tout le monde veut être à un endroit, le paradis n’est plus le paradis. Voilà. Et bon… C’est l’histoire… Alors, après, j’ai… Il y a un… Je pars d’une famille, très riche, qui vit à Brooklyn Heights et qui… Elle, elle collectionne un peu… Elle est ce qu’on appelle… Les gens qui ramassent les choses un peu dans la rue.

Cyril. – Chiffonniers !

Chris. – Oui, voilà ! Mais elle collectionne… Elle est très riche ; elle n’a pas besoin ! Mais elle aime trouver des trésors, comme ça, dans la rue, et un jour… La série commence comme ça : un jour, elle ramasse un canapé, qu’elle fait porter par des prostituées qui sont là, justement. Elle est dans un quartier un peu louche, encore, quand même. Il y a encore quelques quartiers louches à Brooklyn ! Et elle emmène ce canapé. Mais le canapé appartient à quelqu’un. Et c’est là que tous les ennuis vont commencer, pour toute la série.

Cyril. – Pour faire le lancement de ce livre, tu utilises tes outils habituels. Alors, tu es présente sur Twitter, tu es un petit peu présente sur Facebook, tu as Le Mag des Indés sur scoop.it, tu as aussi ton blog. Quels sont les outils qui ont ta préférence en termes d’usage et quels sont les outils qui sont les plus adaptés en fonction du type de public auquel tu veux t’adresser ?

Chris. – Moi, j’aime beaucoup… En fait, j’aime beaucoup Twitter. C’est vraiment le réseau social que j’aime le plus ! C’est le réseau social sur lequel j’ai rencontré le plus de gens intéressants et où j’ai fait vraiment des rencontres qui ont généré des interviews ou… Même, à une époque j’écrivais pour un magazine en Californie : j’avais rencontré le directeur de ce magazine sur Twitter. Pour moi, Twitter m’a apporté beaucoup de choses. Ça reste le réseau social que j’aime beaucoup et je pense qu’il est très très bon pour les auteurs. Je le mettrais même devant Facebook pour les auteurs, vraiment. Et ensuite, j’utilise aussi beaucoup Facebook. J’ai une page Facebook que je privilégie pour les lecteurs. Vraiment, sur ma page Facebook, je m’adresse aux lecteurs qui suivent la page. Beaucoup viennent en fait de la série puisque j’ai le lien dans mes livres et donc je le… En ce moment, je parle beaucoup de Brooklyn. Je mets des photos de Brooklyn, par exemple. J’essaie de nourrir un peu mon univers et de partager mon univers avec les lecteurs.

Cyril. – D’accord. Donc ça, c’est la page e-book by Chris Simon, enfin chrissimon, tout attaché.

Chris. – Et ensuite le blog. Alors, le blog… Là, c’est un petit conseil que je peux donner, peut-être, un peu à tout le monde, par expérience… Au début, je faisais beaucoup de choses pour l’autoédition, pour les auteurs, etc. et depuis un an, j’essaye de recentrer sur le lecteur. Parce que je… Et d’essayer de partager aussi sur le blog mon univers. Ce que j’écris, les sujets, les thèmes… J’ai une rubrique où j’invite des lecteurs qui ont des blogs, et qui donc font des chroniques, à venir. J’ai trente questions auxquelles ils répondent, sur leurs habitudes de lecture par exemple. Voilà. Mais je conseillerais vraiment aux auteurs de vraiment concentrer leur blog sur le lecteur et non pas sur l’autoédition. Ni trop sur leur écriture ou sur eux, en fait. Je pense que les lecteurs s’intéressent plus à notre univers qu’à nous, en tant que personne. Voilà. C’est un peu ce que j’essaye de faire depuis un an. Ce n’est pas facile !

Cyril. – Oui, ce n’est pas facile, parce que je vois que tu as… Récemment, tu as encore publié dans ton blog des choses, des articles sur l’écriture, sur la correction !

Chris. – Oui, parce que j’avais une rubrique qui s’appelait Pourquoi en numérique, que j’ai créée je pense en 2013, et elle existe toujours cette rubrique ! Et de temps en temps on me contacte pour la rubrique et je me dis : pourquoi pas continuer à lui donner… À ce qu’elle ait une vie, cette rubrique ! Mais ce n’est pas forcément là-dessus que je me concentre aujourd’hui. Voilà. On va dire ça comme ça. Alors, la cible que je vise, donc… Avec ma page Facebook et le blog, c’est vraiment les lecteurs. Ensuite, avec scoop.it, ma cible, c’est vraiment rendre service. D’abord, c’est un service que je donne. Je lis… Surtout il y a deux trois ans, quatre ans, je lisais énormément en anglais et à l’époque il n’y avait rien en français sur l’autoédition, sur les outils, sur les techniques, sur quoi faire, etc. comment on code un livre, comment on fait ci. Maintenant, il y a beaucoup plus de choses en français. Donc sur scoop.it, je publiais beaucoup ce que moi je lisais, en fait. Et je continue de faire ça. C’est toutes les lectures de la semaine. Tout ce que je lis dans la semaine, qui a à voir avec l’autoédition, que ce soit sur les réseaux sociaux… Sur le storytelling, qui est quelque chose de très important, que ce soit sur les outils d’écriture, les outils de codage, les logiciels, etc. Donc je continue à partager ça et j’ai créé un compte sur scoop.it pour faire ça. C’est de la curation, comme on dit. Je ne crois pas qu’il y ait un autre mot. Et ça, c’est vraiment… Pour moi, c’est aider la communauté, faire partie d’une communauté, et c’était aussi rendre la communauté des autoédités visible. À l’époque où elle ne l’était pas. Elle le devient de plus en plus ! Toi, ce que tu fais aussi… En faisant les podcasts, tu la rends visible. Avec ton site, tu la rends visible. Et voilà, c’était l’idée qu’on soit visible et que si des gens s’intéressent au phénomène de l’autoédition, ils savaient… Ils pouvaient nous trouver, ils pouvaient trouver les ressources.

Cyril. – Oui, voilà. Moi, un petit peu comme toi, j’essaie de la rendre visible, pour les gens qui pourraient être intéressés par l’autoédition, par les formes d’édition hybrides.

Chris. – Voilà.

Cyril. – Ben, justement, en parlant d’édition hybride, est-ce qu’aujourd’hui, s’il fallait tout reprendre à zéro, tu continuerais à être uniquement autoéditée, à chercher uniquement à faire des livres avec des éditeurs, ou est-ce que tu continuerais vraiment à faire un mélange des deux ? Qu’est-ce qui te plairait le plus ? Si on oubliait tout ce que tu as fait jusqu’à présent.

Chris. – Je suis pour les mélanges ! C’est une blague, mais j’aime bien l’approche avec l’éditeur. C’est complémentaire, pour moi. On apprend aussi des choses. C’est intéressant, parce qu’en faisant de l’autoédition, on apprend… En fait, on apprend ce que c’est qu’un éditeur, parce qu’on est un peu obligé soi-même d’être éditeur et de raisonner comme un éditeur.

Cyril. – Bien sûr.

Chris. – Et ensuite, dans l’autoédition, on a une liberté complète. C’est-à-dire qu’on n’a pas l’obligation de vendre. Même si, plus on est lu, plus on est reconnu dans l’autoédition, donc forcément plus on vend plus on a une reconnaissance. Mais si on veut aussi publier quelque chose de complètement… Qui ne rentre dans aucun critère, qui ne rentre dans aucune collection… On peut le faire dans l’autoédition. On peut être poète… Par exemple, les poètes… Il me semble que l’autoédition pour la poésie, pour un poète, il y a une grande liberté. Il a tout d’un coup la possibilité de joindre ses lecteurs, d’accéder à ses lecteurs sans passer par une maison d’édition. Il y a très peu de maisons d’édition aujourd’hui qui font de la poésie et c’est un marché… C’est une niche. Mais justement, je pense que l’autoédition est tout à fait adaptée aux marchés de niche. Et qu’un poète, aujourd’hui, pour être en contact avec ses lecteurs, même s’il n’a que 2 000 lecteurs, il peut être en contact avec ses 2 000 lecteurs et donc exister en tant que poète et partager sa poésie tous les jours, en fait. Ça peut passer par un blog, mais ça peut aussi passer par des recueils de poésie, par… Voilà : le numérique ! Aujourd’hui… Parce qu’il y a des poètes du xxe siècle qui sont aujourd’hui assez âgés. Eux, ils ont eu un parcours de maison d’édition. Mais pour le futur, je ne suis pas sûre qu’il y ait, qu’il va rester beaucoup de maisons d’édition qui soutiendront des poètes, comme ça, pendant soixante-dix ans.

Cyril. – Donc l’autoédition permet de faire des expériences et d’exister dans des niches. Et pas seulement dans la niche chick lit, qui aujourd’hui n’est plus une niche, mais qui est devenue…

Chris. – Oui, pas seulement le genre, la littérature de genre. Ça, c’est bien : c’est ce qui est lu le plus, on le sait. Mais on peut avoir 2 000 lecteurs et être… Ça peut suffire pour continuer son écriture.

Cyril. – Et avoir du succès.

Chris. – Oui.

Cyril. – Avoir une forme de succès.

Chris. – L’important, c’est d’avoir des lecteurs. Bon, là, on peut revenir à la newsletter, mais c’est un peu le principe de la newsletter. C’est-à-dire qu’à partir du moment où vous avez une newsletter de 1 000 personnes, vous pouvez… Vous êtes autonome, pratiquement. Vous vendez vos livres. Vous êtes autonome à la fois financièrement… Vous pouvez produire vos livres, produire le prochain, dégager suffisamment d’argent pour vivre. Donc c’est une chose qu’il faut aussi que les gens sachent. Que les auteurs sachent.

Cyril. – Eh bien, écoute, Chris, merci beaucoup pour cet entretien.

Chris. – Merci à toi.

Cyril. – Est-ce qu’il y a des choses particulières dans ton actualité dont on aurait oublié de parler ? Donc ton prochain roman, qui sort… Ce qui sort ces jours-ci, donc je le rappelle, c’est Brooklyn Paradis, dans la collection Pulp aux éditions La Bourdonnaye. Je crois qu’il y a une vidéo de Laurent qui fait la présentation de ton livre.

Chris. – Oui. Je vais la mettre. Il fait la présentation de… Nous serons… L’équipe Pulp sera (et je pense, plus d’autres auteurs de La Bourdonnaye) nous serons tous à Saint-Malo les 23, 24, 25 mai. C’est le salon Étonnants voyageurs. Moi, j’y serai le dimanche 24 dans l’après-midi, et il y aura des signatures dans le stand du MOTif et La Bourdonnaye sera présent, aura une table et nous… Beaucoup d’auteurs de La Bourdonnaye viennent spécialement pour cet événement. Donc si vous voulez nous rencontrer et rencontrer l’équipe La Bourdonnaye, c’est la bonne occasion. Voilà. Saint-Malo, le week-end des 23, 24, 25 mai.

Cyril. – D’accord. Donc ça, c’est ce qui se passe en ce moment. D’ici la fin de l’année, tu vas sortir la saison 3 de Lacan et la boîte de mouchoirs, et puis l’année prochaine, ce seront de nouveaux projets !

Chris. – Oui, voilà !

Cyril. – Très bien. Eh bien, je te remercie encore une fois.

Chris. – Merci à toi.

Cyril. – Et à bientôt.

Chris. – À bientôt. Bonne journée.

Cyril. – Au revoir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *