Du nouveau du côté de KDP Print

Vous connaissez le programme KDP Print ou Papier ? C’est « en gros » la même chose que Createspace, la solution d’impression à la demande d’Amazon, mais avec plusieurs petits détails qui font que ce n’est pas la même chose.

Les auteurs qui s’autoéditent utilisent bien souvent Createspace pour pouvoir imprimer leurs livres à la demande, plutôt que de passer par une solution avec un imprimeur, à des tarifs compétitifs.

Depuis bientôt un an, Kindle Direct Publishing propose une autre solution, très proche dans l’esprit, mais à l’intérieur du programme KDP : si vous êtes inscrit à KDP pour vos livres en numérique, vous êtes déjà inscrit pour participer à la version.

Pendant longtemps, j’ai trouvé personnellement qu’il n’y avait pas d’avantage réel à utiliser cette solution plutôt que Createspace.

Refaisons le point.

Avantages de KDP Papier par rapport à Createspace

  • interface de rapport commune
  • interface d’administration en français
  • récupération des métadonnées entre la version numérique et la version papier
  • mise en ligne un poil plus rapide
  • interface d’administration plus « compacte » et étapes apparemment plus courtes.
  • accès à Amazon.jp

Avantages de Createspace par rapport à KDP Papier

  • possibilité d’avoir une épreuve avant de publier
  • possibilité de commander des exemplaires auteur (avec de petits soucis de douane, mais bon…)
  • distribution sur le Canada et le Mexique (KDP Papier ne fait pas le Canada !)

Eh bien, les choses sont en train d’évoluer du côté de KDP Papier…

Il est maintenant possible pour les auteurs qui utilisent cette solution de commander des exemplaires auteur aux prix de fabrication.

Mon petit doigt me dit aussi que les soucis fréquents de douanes à l’achat d’un nombre important de livres sont sur la rampe de lancement vers le néant, que dans ce cas, l’impression se fera en Europe, donc sur le marché unique. C’est mon petit doigt, il ne faut pas lui faire une confiance absolue…

En termes de coûts, cela veut dire (et là, je fais du copier/coller) que vous payez le prix auteur associé à vos livres. Ce prix correspond au coût d’impression du site de vente sélectionné multiplié par le nombre d’exemplaires. La taille de coupe, le type de contenu intérieur et le nombre de pages entrent en ligne de compte pour déterminer ce prix, lequel n’inclut pas les taxes ni les frais de livraison.

Attention toutefois, le délai de livraison est plus important que pour des clients réguliers d’Amazon. Pas de livraison le lendemain en Prime, comptez plutôt 2-3 semaines.

Et ce n’est pas tout !

Vous pouvez désormais commander autant d’épreuves que vous le souhaitez, dans la limite de 5 exemplaires par commande. Voilà qui rassurera les personnes qui ne sont pas sûres de leur maîtrise du processus de mise en page d’une version imprimée.

Cette nouvelle fonction de l’outil va être ajoutée de manière graduelle dans les semaines qui viennent.

Que reste-t-il à Createspace ? La distribution étendue, quelque chose que dans les faits très peu d’auteurs francophones peuvent utiliser (très anglosaxon comme circuit de distribution, et même là-bas, les libraires n’aiment pas commander des livres à Createspace/Amazon). Le Canada bien sûr.

Et de manière générale, ces deux programmes font que l’on a une distribution limitée à la boutique Amazon. Pour être disponible en impression à la demande sur d’autres boutiques, il vaut mieux passer par BookElis, Iggybook ou BOD (attention aux contrats, surtout dans le dernier cas).

Pour en savoir plus de la voix (ou de la plume) de son maître, retrouvez les infos sur les épreuve sur le site KDP, ainsi que celles sur les exemplaires auteur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *