Votre livre n’est pas qu’un livre

Une des choses sur lesquelles j’insiste volontiers dans des présentations ou quand j’écris sur le développement de votre lectorat, c’est qu’un livre est un contenu qui peut être décliné de multiples manières.

Vous pouvez commencer par la version numérique et bien sûr faire aussi la version papier. C’est le strict minimum d’ailleurs.

Vous pouvez commencer en français et faire faire une traduction, principalement en Anglais, mais aussi en Espagnol, Allemand…

Vous pouvez sortir des limites de la chose écrite et créer ou faire créer un livre audio.

C’est sur ce dernier sujet que je vais m’attarder une nouvelle fois.

Auto-produire un livre audio

Aujourd’hui, c’est un cas un peu particulier, car au lieu de produire un livre sur lequel j’ai les droits complets, je vais vous parler d’un livre pour lequel j’ai signé uniquement pour les droits audio, avec l’auteur (autoédité comme il se doit).

Je viens de finir la production du premier opus des aventures de Lucie Acamas, une série de romans écrits par Guy Morant. Il s’agit de Lucie Acamas et les Compagnons de l’Ordre Vert.

Ce livre audio est disponible exclusivement sur https://livreaud.io/products/lucie-acamas-et-les-compagnons-de-lordre-vert pendant la période de lancement, à un prix promotionnel, puis sera diffusé aussi sur Amazon, iTunes et la boutique Audible dans peu de temps.

Pourquoi ce livre ? Parce que je l’ai lu et qu’il m’a plu, parce que je voulais sortir du domaine exclusif du livre pratique et aller dans le livre de fiction, parce que j’aime lire des livres qui s’adressent aux adolescents ou jeunes adultes et leur offrir des lectures que je pense bonnes pour eux.

Parce que j’ai décidé de réaliser beaucoup plus de livres audio et de participer à la croissance de ce secteur encore naissant de l’édition en France.

Je me suis donc rapproché de Guy pour lui proposer la version audio. Nous avons fait un contrat que je qualifierai d’idéal entre autoédités, avec un véritable partenariat entre l’auteur et le producteur. Pas un de ces contrats que l’on trouve habituellement avec les maisons d’édition 😉

Ensuite est arrivée la partie la plus longue : l’enregistrement. Et j’ai atteint mes limites. J’avais déjà réalisé la narration de livres très longs (7 h) mais toujours dans le domaine du livre pratique. Le livre de fiction, c’est une bête différente.

J’ai le sentiment de m’en être bien sorti, aidé en cela par la prose de Guy qui est très facile à lire, et pas seulement avec les yeux, avec la bouche aussi. Restent des progrès à faire, mais c’est en faisant que l’on apprend.

J’ai eu quelques moments de solitude : quand je me suis rendu compte que mon premier enregistrement n’était pas du tout à la hauteur de ce que je voulais, et que je devais jeter 7 heures d’enregistrements. Ou passer 30 heures à nettoyer bout par bout ce que j’avais mal enregistré.

Mais voilà, après de multiples nettoyages, beaucoup de travail sur la qualité du mixage, le livre audio est disponible. Cette expérience en solo (j’ai généralement loué un studio pour mes autres livres) m’en a encore plus appris sur la narration et l’enregistrement de livres audio. Et il y a du plaisir à bien faire les choses.

Je n’en suis pas encore au point de pouvoir écrire un ebook sur le sujet, mais cela ne saurait tarder. J’attends de concrétiser avec d’autres expériences avant de passer ce cap.

Le problème de la distribution

Faire un livre audio, c’est bien, le vendre c’est mieux.

Comme vous le savez si vous avez déjà lu mes autres articles sur le sujet, j’ai profité du renouvellement de l’équipe marketing d’Audible pour signer un contrat de distribution avec eux, après plusieurs essais infructueux.

Je suis ravi de cette collaboration, même si en tant qu’autoédité je déteste ne pas pouvoir regarder les ventes de mes titres au jour le jour.

J’ai aussi comme habitude de ne pas mettre tous mes œufs dans le même panier, ce qui me pose parfois des soucis.

Bike basket by Carsten ten Brink BYNCCC

J’ai donc parallèlement ouvert une boutique de vente de livres audio en téléchargement, et profité du salon du livre pour prendre contact avec certains éditeurs. Cette boutique est sur http://livreaud.io. Elle est ouverte aux autoédités qui cherchent des débouchés commerciaux pour leurs lirves audio.

Et vous, le livre audio ?

Avez-vous songé, commencé, travaillé pour produire des versions audio de vos livres ? Quels soucis avez vous rencontré et quels solutions avez-vous appliqué, ou recherchez-vous activement ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *