Podcast Episode 34 – Salon du Quoi ?

Moi aussi, je vais vous raconter mon salon du Livre 2016. Ce n’est pas pour réduire l’importance des autres salons du livre en France, mais celui de Paris, Livre Paris comme il s’appelle maintenant, c’est la Grand-Messe, celle où tous les intervenants peuvent se retrouver (sauf les acheteurs et vendeurs de droits, qui vont à Francfort) : lecteurs, auteurs, éditeurs, éditeurs de livres audio, autoédités, escrocs, fabricants de liseuses, libraires, etc.

Mais je ne vais pas vous le raconter par le menu comme l’ont fait beaucoup mieux que moi des auteurs de fiction. Si c’est cela qui vous plait, je vous invite à lire le résumé d’une journée épique de Matthieu Biasotto ou la sortie en colo de Jacques-Line Vandroux sur leurs blogs respectifs. Je vais essayer de vous présenter une vision différente salon du livre Paris. Il faut savoir que je déteste ce genre d’événements, car je préfère rester dans un petit cercle de personnes.

Heureusement, à livre Paris il y a pas mal de gens que je connais maintenant : tous les auteurs autoédités que j’ai rencontrés les années précédentes, tous ceux que j’ai interviewés dans le podcast, tous les acteurs de l’autoédition avec lesquels j’ai déjà eu un contact plus lointain. Donc je n’étais pas dans la situation de quelqu’un tout seul face une foule, mais de quelqu’un au milieu d’un petit groupe dans une foule.

Le salon du livre c’était aussi pour moi l’occasion  de rencontrer de visu des personnes que sinon je ne vois qu’à travers leur site Web, leur présentation commerciale, ce que les autres en  disent.

J’ai donc un peu fait les courses, avec mon enregistreur défaillant et mon micro que je n’avais pas encore testé. Vous retrouverez donc trois interviews de trois acteurs différents dans le podcast que vous pouvez écouter ici en entier, mais attendez !

Comme les trois entretiens sont très différents j’en profite aussi pour séparer les trois entretiens de chacun séparément, et dans l’ordre chonologique.

 Audible

Bernard Werber et le narrateur Arnaud Romain parlent des audiobooks Audible
Bernard Werber et le narrateur Arnaud Romain parlent des audiobooks Audible

Il y a peu de temps, j’ai écrit un article sur les livres audio. Dans cet article, je citais Audible, la société spécialisée dans les livres audio numériques qui appartient à Amazon. Deux jours plus tard, Constanze me contactait pour échanger avec moi sur le panorama du livre audio.

Nous avons donc pris le temps de discuter ensemble pendant le salon du livre, ce qui est une manière beaucoup plus efficace que uniquement par e-mails. En tant qu’éditeur indépendant de livres audio sur Audible, je voulais savoir comment je pouvais faire pour améliorer la synergie entre leur boutique et mon site Web, vendre plus de livres audio.

(Pour ceux que cela intéresse, je suis aussi le narrateur de deux de ces livres, avec un troisième à venir : La Dynamique Mentale, et Pensez et devenez riche. Et je songe à faire une version de Comment publier un livre, même si cela ne nous rapporte par un kopeck, ni à Joanna ni moi).

Nous en avons aussi profité pour parler d’audiobooks en général, et voici l’entretien.

Ce qui est important de noter, c’est que c’est la première fois qu’Audible a un petit bout de stand au salon du livre, rattaché à Amazon. Ils n’étaient pas sur le stand des livres audio, un stand assez triste quand je l’ai visité.

Ils y avaient en présentation les applications Audible sur iPad, Kindle Fire et smartphone.

Beaucoup de personnes s’arrêtaient sur ce stand et découvraient le livre audio en général ou le livre audio façon audible.

Auparavant ils avaient fait une enquête sur le marché du livre audio et sur les usages du livre audio en France, qui les a beaucoup rassurés sur leur perspectives de croissance. Voici en images le résumé de cette enquête :

Cliquer pour aggrandir
Cliquer pour aggrandir

Pour un auteur autoédié la partie la plus complexe à régler avec un livre audio reste la production. Je vous conseille déjà de ne songer aux livres audio que lorsque vous avez atteint un certain nombre de ventes et que les commentaires sur le livre sont bons.  Ensuite, il est très important de trouver les bons partenaires : un narrateur qui compose qui correspond exactement à ce que vous attendez, et un studio de qualité qui va livrer des parfaits des fichiers audio parfaits. Si vous êtes un auteur indépendant à succès, sachez que Audible a maintenant sa propre structure de production, qui pourra réaliser un livre audio, mais en exclusivité chez Audible. L’avantage : vous n’avez rien à faire. L’inconvénient : vous ne pouvez pas publier votre yo-yo ailleurs que chez Audible.

Audible ayant été repris en main par Amazon, il est très probable que dans les mois et les années à venir la part des livres audio numériques sur smartphone soient en augmentation régulière et importante. Je vous le rappelle, aux États-Unis, le livre audio représente 10 % des ventes d’édition.

En tant que lecteur mais aussi en tant qu’auteur, il est futé de mieux connaitre les livres audio avec Audible. Avec leur offre d’abonnement , vous avez un mois gratuit ce qui vous permet d’écouter un livre audio. Attendez Juin, et la sortie du premier audiobook de Jacques Vandroux par exemple pour en profiter…

Kobo

Cette année, pour des raisons techniques liées à la présence sur un autre salon qui se tenait en même temps, et l’absence de la Fnac au salon du livre, Kobo n’avait pas son propre stand. Cela n’a pas empêché de rencontrer une collaboratrice de Kobo, pour discuter avec elle de cette plate-forme, du merchandising, de leur approche individualisée de l’auto édition.

Je suis triste que Kobo n’ait pas pu venir avec un vrai stand, je savais qu’Apple ne serait de toute façon pas là (un peu snobs ?).

D’autres acteurs du numérique étaient aussi absents : Cybook, Bookeen, etc.

Par contre cet entretien avec Laurie Baum m’a permis de préciser la manière dont on pouvait être efficace pour mettre en avant ses livres sur Kobo, en plus de rappeler tous les avantages de la plate-forme, qui, rappelons-le, a de nombreux avantages par rapport à ses concurrents majeurs.

Iggybook

Un autre acteur qui m’intéressait est Iggybook, car ils en sont à un an d’existence. Il était temps de faire un point avec eux, puisqu’ils avaient été confrontés à la réalité du marché pendant longtemps. Ils en ont profité pour modifier leur offre et la rendre plus simple et plus lisible pour les autoédités, ils ont aussi enrichi leur offre, en apportant de nouveaux services dans le domaine de l’édition papier. On en parle dans l’entretien :

Ambiance détendue sur le site Iggybook
Ambiance détendue sur le site Iggybook

C’est ce type de services et de prestations que je considère la plus intéressante, car elle n’oblige pas les auteurs à se lier à une maison d’édition de manière contractuelle, abandonner leurs droits. Par ailleurs, l’approche est quand même beaucoup plus “professionnelle”, dans le sens où IggyBook s’adresse aux auteurs et éditeurs indépendants.

J’ai aussi passé pas mal de temps sur le stand de MonBestseller.com.  Cette plate-forme de partage de nouvelles et de textes fait beaucoup parler d’elle par son sens du partage, la richesse de la communauté, et les concours de nouvelles qu’elle organise régulièrement.

Remise du prix de "Pièges" le concours de nouvelles sous le parrainage d'Amélie Antoine
Remise du prix de “Pièges”, le concours de nouvelles sous le parrainage notamment d’Amélie Antoine

Comme de nombreux acteurs  de l’auto édition, le modèle économique de mon MonBestseller.com  est en constante évolution, et n’est pas toujours très clair. Néanmoins, des discussions avec les différents intervenants : Christophe, Elisabeth, Isabelle, démontre que l’objectif reste une croissance organique, raisonnée, généreuse de la plate-forme. Le mot d’ordre est “grandir ensemble”.

Là où je leur en veux, c’est que Christophe m’a coincé avec Chris Simon pour une série de questions le dimanche après-midi qui étaient presque toutes des questions piège, des questions qui sortaient du registre habituel 😉 . Dire que pendant ce temps-là, Laurent Bettoni expliquait à des novices pour la x-ième fois les principes de l’auto édition professionnelle, toujours avec professionnalisme et rigueur…

Heureusement que Chris est là pour répondre aux questions…
Heureusement que Chris est là pour répondre aux questions…

De manière générale, ce salon du livre est aussi un moyen, et un moment pour faire le point sur les activités de l’année, sur la perception que les gens ont du blog et du podcast, sur l’apport que je fais à la communauté et aux personnes individuellement pour les guider et les aider à s’autoéditer en autonomie. Merci à tous ceux qui sont venus me dire un mot, j’ai particulièrement apprécié, et c’est moi qui vous remercie de me lire et d’écouter mes divagations semaine après semaine.

Je me suis rendu compte d’erreurs que je ne pourrais plus jamais corriger :

  • Le nom du site
  • Mon profil et ma page Facebook

Heureusement, il reste plein d’erreurs que je peux encore corriger ! Là aussi j’en ai noté beaucoup…

Je n’ai pas non plus réussi à faire un salon en direct, même si en rebondissant sur des idées d’Alain Kolb, j’ai créé un groupe Facebook où tout le monde presque dans le milieu de l’auto édition a pu partager ses photos. C’était l’occasion de faire du name-dropping, mais surtout de s’amuser.

Il y aura d’autres salons du livre à Paris et j’espère qu’ils seront aussi amusants, excitants, chaleureux et joyeux.

Une réflexion au sujet de « Podcast Episode 34 – Salon du Quoi ? »

  1. Ah quel bon parcours Cyril,

    ça me mets de l’eau à la bouche tout ça.

    J’espère pouvoir y être à la prochaine édition.

    Vas-tu participer au concours du livre sur Amazon?

    Je suis en train de préparer un livre pour y participer.
    Je voulais y participer avec celui-ci mais Amazon dit qu’on ne peut être qualifié avec un livre déjà publier.
    Pourtant, il marche pas mal.

    Merci pour ce rapport assez particulier du salon.

    Amicalement,
    Xavier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *