Écrire un roman en une semaine, c'est possible ?

Ce n'est pas possible, diront les incrédules. Après tout, il faut souffrir pour écrire un roman, pendant des mois et des mois, non ?

Je diffuse en ce moment un webinaire de Fred Godefroy sur l’écriture narrative et la méthode pour écrire un roman en peu de temps et arriver à le publier. Dans ce webinaire, il partage son expérience personnelle pour son premier roman.

Comment s’est-il mis à écrire ? Un collègue enquêteur alors qu’il faisait des sondages était lui aussi écrivain. Fred cherchait à devenir scénariste reconnu, et ce collègue lui a rappelé qu publier des romans c’était quand même beaucoup plus simple que produire des films.

Ni une ni deux, il a démissionné le lendemain, s’est assis en face de son ordinateur et a écrit son premier roman en une semaine. Ce roman a ensuite été signé par le seul éditeur à qui il l’a envoyé.

Une semaine ? Une semaine !

La chose n’est pas si rare. Rappelons-nous l’étonnante et prolifique production de Georges Simenon, Jules Verne ou Alexandre Dumas père. Avec des centaines de romans à leur actif, il est facile d’imaginer qu’ils ont aussi écrit parfois en quelques jours, ou quelques petites semaines.

De nos jours aussi, ce genre d’événement se produit. Ainsi de John Scalzi, auteur américain de science fiction qui a décroché un prix Hugo. Il a l’humour sarcastique, et il en use volontiers à son encontre. Exactement le genre de personne que j’apprécie parce qu’il se prend au sérieux sans se prendre au sérieux.

Récemment, il a avoué avoir écrit son dernier roman en 2 semaines, ce qui ne rime pas forcément avec littérature de gare ni avec mauvaise qualité. Sans que ce roman soit fondateur d’un nouveau sous-genre de la SF, il est agréable à lire et comporte pas mal d’idées qui méritent d’être découvertes dans son monde imaginaire.

J’ai passé sous les fourches de Google translate l’article qu’il a écrit pour expliquer et narrer cette expérience (qu’il déconseille). Vous pouvez retrouver l’original sur https://whatever.scalzi.com/2018/12/03/an-interesting-fact-about-the-consuming-fire/.

On se retrouve après la coupure…


Un fait intéressant sur The consuming fire

Hier soir, sur Twitter, quelqu’un a raconté le récit d’un congrès où il s’était rendu, où les panélistes étaient (en plaisantant) agacés par ma vitesse d’écriture et ma fréquence de publication. À quoi j’ai répondu: «C’est une bonne chose qu’ils ne sachent pas que j’ai écrit The Consuming Fire en deux semaines. Cela n’aiderait pas les choses.

A quoi j’ai eu plus ou moins la réponse suivante d’autres auteurs sur Twitter et par courrier électronique (et je paraphrase, ici): «TU N’A PAS FONDU .»

I fucking DID IT .

Plus précisément, presque tout de The Consuming Fire a été écrit entre le 4 et le 18 juin de cette année, la dernière date étant celle où j’ai rendu le livre, à 7 h 30 du matin, après avoir écrit pendant la nuit. J’ai alors essayé de dormir mais j’étais trop fatigué pour le faire, alors je suis allé regarder des dessins animés, puis je les ai éteints dix minutes plus tard, car ils étaient trop compliqués à suivre. Krissy me dit que, selon son estimation, il a fallu une semaine entière à mon cerveau pour retrouver son rythme de croisière et que, dans l’intervalle, je me promenais surtout dans la maison avec un regard vide. Cela me semble exact.

Pourquoi ai-je écrit le livre en deux semaines? Pour de nombreuses raisons, mais la raison la plus simple est que je n’avais pas le choix. Le livre avait une date de remise le 18 juin et, le 4 juin, je n’avais pas encore commencé à l’écrire, pour diverses raisons, certaines raisonnables, d’autres pas du tout. Si des années de journalisme m’ont appris quelque chose, c’est que vous ne faites pas sauter les délais. Cela voulait donc dire que je devais écrire la chose en deux semaines.

Comment ai-je écrit le livre en deux semaines? J’ai désactivé Internet, caché des médias sociaux, demandé à Krissy de glisser de la nourriture de temps en temps sous la porte, puis fixé un objectif de 8 000 mots par jour. Certains jours, j’atteignais cet objectif, parfois non, et le dernier jour j’ai écrit quelque chose de l’ordre de 12 000 mots. Je n’ai pas beaucoup dormi. Je faisais peur à voir.

Plus généralement, j’ai pu écrire un roman en deux semaines car a) ma formation en journalisme m’a préparée à écrire pas mal de mots, relativement proprement, rapidement (sans parler d’écrire ici sur le blog), et b) j’avais à ce moment-là, 14 romans ont été écrits, de sorte que la mémoire musculaire de la stimulation et de la mise en forme a commencé.

De plus, et c’est en fait important, quand je dis que j’ai écrit le livre en deux semaines, il est plutôt plus exact de dire que je l’ai dactylographié en deux semaines. J’avais écrit le livre - cherchant à savoir qui faisait quoi à qui, et comment, pourquoi et quand - dans ma tête pendant près de dix-huit mois à ce moment-là. Quand je me suis assis pour le mettre dans un document, la majorité de l’histoire et l’intrigue étaient ancrés dans mon esprit. Il y a eu quelques surprises alors que j’écrivais; Quelques choses sont arrivées que je n’avais pas planifiées mais qui se sont avérées vraiment utiles, et que je me dois de penser à mon cerveau en train de comprendre des choses à un niveau subconscient et de les remonter à la surface lorsque j’en ai besoin. Bien vu, cerveau! Désolé de t’avoir abusé pendant le processus d’écriture!

(Oh, et avant que vous demandiez, je l’ai fait sans pharmacopée, sans rien de plus fort que Coke Zero dans mon système. Mais il y avait effectivement beaucoup de Coke Zero dans mon système.)

Même si je tapais surtout pendant ces deux semaines, l’expérience de faire une telle chose est carrément une putain de chose horrible et misérable que je n’aimais pas. C’est bien de savoir que je peux écrire un roman — et pas seulement un roman! Un bon roman! Qui est populaire auprès des critiques et des lecteurs et s’est très bien vendu! — en seulement deux semaines si je dois le faire. Il est bon de savoir que l’écriture est là pour écrire rapidement, proprement et de manière cohérente. Mais je n’ai jamais plus envie de le refaire. Bien sûr, il est amusant d’être tout à fait décontracté à l’ heure actuelle , et de lancer des lignes en plaisantant sur Twitter comme si ce n’était pas si grave. Mais ça fait mal, physiquement et mentalement, pendant et juste après l’écriture. J’ai presque 50 ans. Je ne peux pas faire cette merde de façon régulière.

Plus précisément, non seulement je ne veux plus jamais le refaire parce que c’est terrible pour moi , mais je ne veux plus jamais le refaire parce que ce n’est pas juste pour les autres personnes qui travaillent sur mes livres. Tout ce qui concerne la production de Consuming Fire a été corrigé parce que j’ai rendu le livre littéralement à la dernière minute. Toutes les personnes impliquées sont venues comme un champion, et le roman est sorti quand il était censé le faire, et il semble qu’il marche bien. Mais je ne veux pas que le «crunch» soit le mode habituel. Je ne veux pas être l’enfant à problème de la famille.

C’est (entre autres) pourquoi je n’ai pas de livre chez Tor l’année prochaine. Je vais écrire un livre pour Tor l’ année prochaine (presque certainement le prochain livre de la série Interdépendance), mais il sortirai en 2020, afin que nous puissions avoir un processus de production agréable, sain d’ esprit et aussi, de beaux procédés de production sains d’ esprit pour chaque livre qui suit. Je ne regrette pas d’avoir publié deux livres en 2018 - ils ont tous deux très bien réussi, tant sur le plan critique que commercial -, mais la mise en place d’un meilleur processus pour aller de l’avant sera la meilleure chose pour tout le monde.

Alors oui: j’ai écrit The Consuming Fire en deux semaines. Je suis content d’avoir eu cette expérience! Je souhaite ne plus l’avoir, si cela convient à tout le monde.


Qu’est-ce qu’on en tire ?

Que c’est une expérience désagréable et que personne ne devrait la reproduire. C’est certain : il n’a pas apprécié.

Mais aussi que c’est le travail de préparation qui est le plus important dans les étapes de création d’un roman. Qu’il a réfléchi pendant 18 mois moins 15 jours à ce roman, avant de l’écrire, et que ce sont ces 18 mois qui lui ont permis d’écrire en 15 jours (sans cela il n’aurait pas réussi).

Que ce sont les idées qui font l’écrivain, bien souvent. Plus que les mots ou les phrases.

Chérissez et travaillez vos idées, l’écriture n’est que la partie immergée du travail d’écriture.

Post suivant dans éCRITURE, ROMAN