Comment créer son site web d'auteur

Avoir un site web auteur est un des meilleurs investissement sur le long terme pour votre carrière, en autoédition ou avec une maison d'édition. Le vôtre. Mais créer un site web et savoir quoi mettre dedans n'est pas évident pour tout le monde. Avec ce guide pratique, je vous donne les bons repères pour démarrer facilement.

À la suite de la newsletter de la semaine dernière qui était plutôt centrée sur les raisons de se créer un site web quand on est un auteur autoédité, voici un guide pour vous aider à démarrer.

Quand on fait de l’auto-édition, que l’on est publié sur Amazon Kindle, Kobo Writing Life et tous les autres, que l’on a créé sa page Facebook, on peut se dire qu’on a fait le plus important. Mais sur le long terme, avoir son propre site web, avec son propre nom de domaine est encore plus important, car si les politiques et les conditions d’utilisation des uns et des autres changent, si votre carrière change, votre site web est votre propriété et la fondation de votre plateforme d’auteur.

Le problème, c’est que de nombreuses personnes ne savent pas comment s’y prendre. Ce guide est là pour vous aider à accomplir les premiers pas et à le faire en couvrant les indispensables.

Hébergement et outils de création de sites web

Il est loin le temps où il était nécessaire d’avoir des connaissances techniques en HTML, le langage de description des pages web, pour créer son propre site web.

Aujourd’hui de nombreux outils existent qui rendent la création de votre site web et de votre blog aussi facile que l’utilisation d’un logiciel bureautique.

Quand vous allez devoir choisir parmi toutes les options, il faut que vous preniez en compte différents critères :

  • le coût. Avoir son propre site web n’est pas forcément un investissement qui vous apporte des bénéfices directs dès le début. Dépensez donc votre argent de manière judicieuse et ne vous engagez pas dans des contrats longs et coûteux.
  • la facilité d’utilisation. Vous n’êtes probablement pas un geek comme moi, et là où vous devez passer votre temps, c’est sur les choses qui sont vraiment productives pour votre carrière. Si vous ne savez pas ce qui permet d’augmenter votre productivité, je vous invite à lire le livre de Joanna Penn Productivité pour auteurs. À l’inverse, des choix qui vous facilitent la vie peuvent vous bloquer et avoir des inconvénients à long terme.
  • la pérennité. Il faut réussir à évaluer à quel point votre investissement va pouvoir durer tout au long de votre carrière, et cela implique d’avoir de la portabilité pour déplacer les contenus que vous allez créer. Par exemple, vous rappelez-vous de Geocities (ouais, je sais, je suis un peu web 1.0) des pages perso sur Imaginet ou de MySpace ? Avez-vous confiance dans la volonté de Google de continuer Blogger/Blogspot ?

Le consensus par rapport à ces différentes questions, c’est de commencer avec Wordpress.com qui est la plateforme d’hébergement hébergée de Wordpress. Vous pouvez commencer avec un compte gratuit, puis ajouter des options payantes, ou même déplacer votre site sur votre propre serveur.

Wordpress est un logiciel open-source, donc vous trouverez facilement quelqu’un qui le maîtrise, il est fort répandu et est utilisé par 30% des sites web hébergés dans le monde.

Les autres solutions à la mode ou dont vous avez pu entendre parler par de la pub ou autre ont généralement ce problème rédhibitoire : ce sont des plateformes propriétaires dont il est pratiquement impossible de sortir avec son contenu.

Wix, Weebly, SquareSpace : non seulement vous allez devoir certainement payer des options dès le début, mais en plus vous ne pourrez pas en sortir. Idem avec d’autres services plus francophones comme Overblog ou Canalblog.

J’utilise personnellement souvent Wordpress, même si ce n’est pas ma plateforme préférée sur le site autoediteur.com. Sur celui-ci, je cultive un peu mon côté geek avec Jekyll et Git, et le site autoediteur.com est en fait un site web statique, dont toutes les pages sont générées et copiées sur le serveur, à l’inverse d’un site hébergé par Wordpress où la page est créée uniquement quand un visiteur la demande (ou presque).

En plus de 10 ans d’utilisation, Wordpress ne m’a jamais laissé tomber, bien au contraire, j’ai pu faire évoluer plein de choses, déplacer d’un serveur à un autre, exporter toutes les données de mon site, rajouter des fonctions diverses très pratique. Et tout ça sans afficher des pubs sur mes pages, me rajouter une barre de promotion etc.

Si vous grandissez, et que votre site Wordpress devient trop limité chez Wordpress.com, vous pouvez en plus quitter wordpress.com et héberger votre propre site (pitié pas chez 1&1 ou OVH en mutualisé !) avec le moteur de blog Wordpress.org, et retrouver exactement le même contenu, les mêmes outils et plus.

  • En termes de pérennité, c’est le meilleur choix.
  • En termes de coûts, vous pouvez commencer avec de très bas coûts et augmenter votre investissement graduellement.
  • En termes de facilité d’utilisation, vous trouverez des milliers (des millions ?) de tutoriels pour vous aider.

C’est le meilleur choix pour la très grande majorité des auteurs qui vont créer leur site web.

Le nom de domaine

Avec la version gratuite de Wordpress.com, vous n’avez pas votre propre nom de domaine. Vous avez un site web/blog dont l’adresse est votrenomdesite.wordpress.com. C’est pas mal, mais vous vous souvenez de ce dont on a parlé ? Si vous avez l’état d’esprit professionnel qui convient à un auteur qui investit sur le long terme, vous aurez votre propre nom de domaine pour votre site web d’auteur, que vous allez garder pendant des décennies.

Pour cela, il faut passer à la version « Personnel », qui vous coûtera l’équivalent de 4€ par mois, à payer une fois par an (soit 48€).

Vous pouvez passer par un autre prestataire pour acheter votre nom de domaine, ce qu’on appelle un registrar. Mais je ne vois franchement pas l’intérêt pour quelqu’un qui n’a pas les compétences techniques pour gérer des noms de domaines, des enregistrements dans les serveurs de noms de domaine, tous ces trucs compliqués.

Surtout que cela ne diminuera pas le prix pour vous : il faut la même formule « personnel » pour pouvoir utiliser son propre nom de domaine, au même prix. Donc, ne vous cassez pas la nénette, et « achetez » (en fait c’est une location) votre nom de domaine avec Wordpress.com

Alors quel nom de domaine choisir ? Essayez d’avoir votrenomdauteur.com ou _votrenomdauteur_auteur.com ou quelque chose de proche. Vous pouvez aussi utiliser d’autres terminaisons de domaines que le .com, comme le .fr, le .net, le .org : ce qui est important c’est de trouver quelque chose qui soit propre à votre nom d’auteur, et pas trop « exotique ». Évitez les terminaisons de domaines que personne ou presque ne connaît.

Le thème de votre site

Avec Wordpress, quelle que soit la déclinaison, vous pouvez choisir le thème que vous allez utiliser. Mais qu’est-ce que c’est qu’un thème ? Pour faire simple, c’est l’habillage de votre site : la position des menus, les polices utilisées, l’espace qui est donné à un élément ou à un autre. Par exemple sur autoediteur.com il y a un menu en haut et un autre menu qui peut apparaître à droite sur certaines pages, mais pas sur d’autres.

J’aurais aussi pu choisir un habillage sans menu en haut, le mettre en bas, ou un autre toujours présent à gauche… etc.

Il y a des milliers de thèmes disponibles, avec des milliers de variations. Trop, beaucoup trop. Tout le monde peut faire un thème et le publier, et parfois des personnes qui sont pleines de bonnes intentions mais pas très douées ou pas expérimentées partagent leurs thèmes.

Si vous allez avec wordpress.com, ils vous aident un peu en limitant le nombre de possibilités avec des thèmes qu’ils ont sélectionnés pour vous pour leurs qualités. Cela en laisse quand même 294 au moment où je regarde leur site. Vous avez donc un choix très varié.

Certains thèmes disponibles sur internet sont payants et viennent avec de nombreux extensions à ajouter. Je vous conseille de limiter les extensions que vous utilisez : plus il y en a, plus il y a de risque que certaines ralentissent votre site.

J’ai en tête l’exemple d’un copain qui a acheté pour quelques dizaines de dollars un thème qui lui plaisait beaucoup pour l’installer sur son site web wordpress qu’il faisait héberger par un autre fournisseur que Wordpress.

Tout content d’avoir acheté ce très joli thème, avec plein de gadgets, il doit d’abord passer pas mal de temps à aller chercher toutes les extensions, les installer. Il commence enfin à mettre du contenu dans son site, regarder les pages, corriger, refaire… et il se rend compte que quelque chose cloche. Son site est lent, très lent, tellement lent que cela en est insupportable.

Il m’appelle à la rescousse, je regarde et en effet, la page d’accueil de son site met 8 secondes à s’afficher. Autant vous dire que personne n’attend 8 secondes pour voir une page web s’afficher : la moitié des personnes sont déjà parties à 3 secondes (c’est Google qui a étudié la question).

On met en place les solutions les plus évidentes pour rendre son site plus rapide, mais je constate rapidement que cela ne suffira pas : la conception de son thème utilisait trop de ressources différentes, et faisait appel à trop d’extensions.

Il a dû faire ce qui arrive dans ce cas : enlever les extensions et les gadgets, les trucs jolis mais pas indispensables qui ralentissaient son site jusqu’à l’étouffer.

In fine, c’est mieux, presque tolérable. Mais cela reste lent. Ne vous mettez pas dans cette situation désagréable de devoir enlever des choses que vous désirez avoir pour retrouver de la vitesse et de l’efficacité. Et gardez à l’esprit qu’un site rapide et joli c’est mille fois mieux qu’un site lent et très joli.

Ceci n’est pas un blog

Une « erreur » de perception que les auteurs font souvent est de se dire que comme Wordpress est à l’origine fait pour créer des blogs, ils vont se retrouver avec un blog.

Et là, ils ont peur. Quoi ? Un blog ? Mais qu’est-ce que je vais bien pouvoir raconter ? Je ne vais jamais y arriver.

Oubliez tout de suite cette histoire de blog : si vous voulez en faire un c’est bien, si vous n’en faites pas, y a pas mort d’homme. Peut-être que vous serez plus inspiré plus tard, peut-être pas. Mais ce que vous allez d’abord faire, ce sont des pages, qui seront publiées presque une fois pour toutes, et que vous n’aurez pas à mettre à jour toutes les semaines.

Si vous voulez faire un blog, c’est une très bonne chose. Un blog sera toujours bien vu des moteurs de recherche et des internautes, et c’est un excellent moyen de faire ce qu’on appelle du « marketing de contenu ». En gros, créer du contenu qui va intéresser les lecteurs qui sont en adéquation avec ce que vous écrivez, ce qui fait qu’ils vont plus facilement le trouver, rentrer en contact etc.

Mais je le redis : ne vous focalisez pas sur ce principe du blog.

Et si vous avez des articles de blog, lisez plus loin, on en reparle.

Chaque page est la porte d’entrée vers d’autres pages

Vous n’êtes pas dans un livre, vous êtes sur un site web, et ce qui fait la spécificité d’un site web, c’est l’hypertexte : la possibilité de relier des contenus entre eux. Vous devez garder cette idée à l’esprit et l’utiliser autant que possible.

Pour créer un lien hypertexte, il vous faut deux choses :

  • la destination du lien sous la forme d’une adresse web, par exemple https://autoediteur.com/livres-autoedition/productivite-pour-auteurs/ pour le livre Productivité pour auteurs de Joanna Penn,
  • un emplacement pour la source de l’hyperlien, qui peut être un bout de texte ou une image.

C’est un jeu d’aller-retours, et tout ne va pas forcément se mettre en place tout de suite comme vous le désirez : parfois vous aurez envie de mettre un lien mais vous n’aurez pas encore créé la page correspondant à la destination, donc il vous faudra le faire pour pouvoir ensuite revenir à la source et créer le lien. D’autres fois, vous allez créer une page et vous voudrez retourner sur différentes pages pour créer des liens vers cette nouvelle page. Pas de stress : personne ne vous en voudra s’il vous manque un lien.

Par contre, c’est important pour naviguer ensuite dans certaines parties de votre site web, et notamment dans les pages indispensables.

Les pages indispensables

Sur votre site, vous allez créer un certain nombre de pages, en fonction de votre inspiration, de vos envies, de vos objectifs. Mais pour transformer ce site en outil performant, vous allez au moins mettre ces pages :

Une page avec tous vos livres

Si les lecteurs viennent sur votre site, c’est souvent pour savoir tout ce que vous avez écrit et pour lire plus de livres de vous.

Il vous faut donc :

  • une couverture de petite taille (300 ou 400 pixels de large)
  • une description brève d’une ou deux phrases

pour commencer à faire une page qui va présenter la liste de tous vos livres.

Chaque couverture et chaque titre de livre sera alors la source d’un lien qui emmènera votre visiteur et prochain lecteur vers la page dédiée au livre en question.

Quelle que soit votre position sur le fait de blogger, c’est cette page que je vous recommande de mettre en page d’accueil de votre site. Pour le faire avec Wordpress, vous irez dans Réglages / Lecture et vous direz à la machine que vous voulez afficher une page spécifique comme page principale, et vous choisirez la page en question.

Une page pour chacun de vos livres

Si vous avez mis une description brève de votre livre sur la page qui les liste tous, c’est pour pouvoir en parler plus longuement sur la page consacrée à ce seul livre.

Allez-y, lâchez vous : une image un peu plus grande (sans excès, c’est lourd à cahrger une grande image), une description plus longue, des commentaires de blogueurs/chroniqueurs, de clients ou de lecteurs sur Babelio etc. Bien évidemment, faites en sorte de mettre en valeur ce livre et de donner envie de le lire.

C’est aussi sur cette page que vous allez mettre tous les liens vers toutes les boutiques dans tous les formats pour vos livres. Parce que le lecteur qui aime acheter ses livres numériques sur Kobo ou celui qui les achète sur la librairie Decitre pour le papier sera beaucoup plus susceptible d’agir là, maintenant, tout de suite s’il a la bonne information pour lui que si elle ou il doit aller faire des recherches.

Le lecteur est un gros flemmard et il a raison car c’est à vous de faire la job.

Et si vous avez d’autres contenus, des annexes à fournir etc, vous pouvez aussi les mettre ici. Par exemple si vous avez écrit des prequels, des articles dans votre blog sur ce livre, qu’il fait partie d’une série…

Une page de biographie

Vous vous souvenez de l’exercice pénible que vous avez fait de créer un page auteur sur Amazon pour vous décrire ? Ah non, vous ne l’avez pas fait ? Allez dans le coin d’abord, 10 minutes. Puis retournez sur https://authorcentral.amazon.fr/ pour créer votre profil auteur, identifier vos livres sur ce site et les associer à votre compte, ajouter une photo et une bio.

Oui, une bio, vous allez devoir en faire une.

Ne soyez pas trop malin. Lisez celles d’autres auteurs et trouvez un modèle qui vous correspond : âge (à 10 ans près), inspirations, genres préférés, où vous retrouver pour rester en contact etc.

Sur cette page de biographie, vous pourrez aussi mettre des liens vers les réseaux sociaux où votre personna d’auteur s’exprime. Ne mettez pas un lien vers votre profil Facebook où vous partagez vos photos de bodybuilding sur la plage (sauf si votre créneau d’auteur c’est le body building).

Vous pouvez mettre d’autres informations de contact en gardant à l’esprit les différences entre ce que vous devez mettre et ce qui peut porter atteinte à votre vie personnelle.

Exemple concret : des gens sont venus chez moi pour me parler, sur le pas de ma porte, de projets de livres ou de sites web. Autant je peux accepter un email ou une lettre, et je le ferai 99% du temps avec plaisir, malgré mon caractère réservé, autant quelqu’un qui débarque chez moi a toutes les chances de ressentir très nettement qu’il outrepasse les limites de la décence et du respect de la vie privée.

La page d’inscription à la newsletter

On l’a évoqué dans l’article précédent : si vous avez un site web, c’est aussi pour avoir une relation avec un lecteur, et la meilleure façon sur le long terme d’avoir une relation, c’est de réussir à lui extirper son adresse email.

OK, j’exagère ! N’extirpez rien. Par contre, essayez avec honnêteté et régularité de faire en sorte que vos visiteurs qui en valent la peine vous fournissent leur adresse email.

Et pour ça, vous aurez une page d’inscription, voire des pop-ups d’inscription à votre newsletter. Que vous mettrez aussi en lien dans vos menus. Parce qu’un visiteur qui vous quitte sans avoir donné son adresse email, c’est probablement un visiteur qui ne reviendra pas. Alors qu’il pourrait devenir un lecteur fan, de ceux qu’on a plaisir à connaître et qui ont plaisir à parler de vos livres.

Il me faudrait des heures supplémentaires pour parler de newsletter, donc on le fera un autre jour.

La navigation dans votre site web doit être claire comme de l’eau de roche

Ne cherchez pas à cacher des informations mais n’en mettez pas trop non plus.

Vous aller devoir créer des menus de navigation en plus des liens hypertexte dont nous avons parlé auparavant. Cela se passe dans Apparence/Menus. Non seulement vous pourrez créer des menus, mais en plus vous pourrez choisir où ils vont s’afficher.

Tous les thèmes ne permettent pas d’afficher différents menus, à différents endroits, donc suivant votre choix précédent de thème, vos possibilityés peuvent être limitées.

Par ailleurs, votre menu peut souvent être hiérarchique, à tiroirs, mais faites attention à la manière dont le contenu des différents tiroirs s’affiche : vous ne voulez pas forcément avoir des items de menus invisibles.

Si vous faites dans le blog, vous devez mettre un lien vers celui-ci dans ces menus. Comme je l’ai dit précédemment, la meilleure option est sans doute de ne pas mettre votre blog en page d’accueil, mais plutôt la liste de vos livres, et de cantonner les 5 articles à la parution hyper irrégulière sur votre collection de cartes Panini de la sélection des joueurs de foot de 1981 à un menu.

Si vous êtes le prince du blog, le maestro de l’article hebdomadaire, vous pouvez complètement retourner votre site web pour mettre votre blog en avant. À vous de voir à quoi vous vous engagez.

Reproduisez le modèle

Si vous connaissez des auteurs dont le site web reflète ce que vous aimeriez avoir, et que vous avez assez de contenus et assez de choses à écrire, n’essayez pas de réinventer la roue, appliquez un modèle similaire d’organisation des contenus et de présentation. Vous parlerez de vous, avec vos mots, et ce sera déjà assez original.

Voici quelques sites d’auteurs autoédités qui selon moi sont organisés de la manière qui correspond le mieux à leurs auteurs et au but recherché :

Et pour les édités en « grandes maisons d’édition » (second degré) :

À éviter :

Si vous démarrez

Il n’est jamais trop tôt pour bien faire !

Évidemment, vous aurez du mal à faire une page centrée sur vos livres. Il est peut être plus judicieux dans ce cas-là d’utiliser la fonctionnalité du blog, de faire une chronique de l’écriture ou de la publication de votre premier roman, de partager ce que vous avez déjà écrit. N’hésitez pas à être généreux, c’est encore la meilleure manière d’attirer à vous des gens généreux.

Ne vous méprenez pas non plus sur les objectifs : le site web est un outil, pas une fin en soi.

Eg n’oubliez pas de prendre tout de suite la bonne habitude de ramener les personnes qui vous suivent ou qui entendent parler de vous sur votre site web, pas sur une page Facebook ou un profil Wattpad.

Les étapes suivantes

Les étapes suivantes, c’est évidemment d’utiliser votre site pour blogger, mais j’en ai déjà parlé à plusieurs reprises.

Vous pouvez faire une page dédiée à l’accueil des visiteurs qui soit différente de celle qui recense tous vos livres pour mettre l’accent sur :

  • le dernier livre sorti
  • votre profil/bio
  • vos actualités de dédicace/salon etc.

Et évidemment faire une page qui recense ces apparitions, ces endroits où les lecteurs peuvent vous rencontrer IRL. Car il s’agit toujours de cela : créer un contact avec vos visiteurs et lecteurs.

Conclusion

J’espère que vous m’avez suivi jusqu’ici et que vous en savez un peu mieux, que vous n’avez pas peur, et que soit vous vous y êtes mis, soit vous allez le faire dans les 5 minutes qui viennent, avec l’objectif de le publier le DD/MM/YY, pas un jour plus tard.

On se retrouve bientôt pour un nouvel article sur l’autoédition, le merveilleux monde de Kobo, Amazon Kindle, de l’impression papier etc.

Post précédent dans AUTOÉDITION

Post suivant dans AUTOÉDITION

Comment créer un site web d'auteur
Comment créer un site web d'auteur

Markdown est autorisé. Les adresses mail ne seront pas affichées.